Forum de cryptozoologie-cryptides-yéti-calmar géant-loch ness-heuvelmans-zoologie-paranormal
Bonjour et bienvenue sur le forum, pour profiter au mieux du contenu n'hésitez pas à vous inscrire et à participer aux sujets.

En vous inscrivant vous pourrez profiter des contenus mais en plus y participer donc donner votre avis et avoir des réponses ou des précisions en retour.

De plus des administrateurs et modérateurs se tiennent à votre disposition pour faciliter votre adhésion et garantir le calme et la paix sur le forum.
Nous espérons vous lire prochainement, à bientôt.
Contact: webmastersitecryptozoologie@hotmail.fr

Le mystère du dioxyde de manganèse et du magnétisme sur Mars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le mystère du dioxyde de manganèse et du magnétisme sur Mars

Message  waterreedshimmer le Mar 13 Sep - 15:24

Il s'agit de mes théories personnelles écrites en 3 jours sur la planète Mars ce qui inclut des idées nouvelles sur la planète Terre donc le domaine d'études consiste en une théorie d'internaute concernant les domaines suivants: géologie, chimie, physique, astronomie, évolution.

La géochronologie de Mars et toute hypothèse relative à une vie passée ou future, ou même au type de vie que le climat de Mars supporterait se base avant tout sur ce que nous savons de la Terre, même si on peut se demander si la présence d'un champ magnétique faible sur Mars n'aurait pas une influence sur les tendances de composition moléculaire, l'ADN sur Terre étant principalement dextrogyre parce que l'humain a surtout existé pendant les périodes où le champ magnétique était normal, mais il y a des séquences qui sont sinistrogyres je suppose que c'est peut-être parce que nos ancêtres ont vécu des petites périodes où le champ magnétique était inversé ?

Figure 1. Notre ADN principalement dextrogyre
Image inspirée de ce site (d'après Watson et Crick).
Le concept de sinistrogyre provient de ce site (d'après Wang et coll).


Figure 2. La paléochronologie
Image inspirée de ce site.


Comme on ne peut pas étudier la vie sur Mars et que en géologie-préhistoire-minéralogie-terre-primitive tout est relié mais je n'ai pas le niveau, je vais quand même étudier pour vous tout ce que je peux savoir sur le dioxyde de manganèse sur Mars pour comprendre la vie ou la non-vie sur Mars. A commencer par cette photo intrigante que je vous propose d'interpréter comme des dendrites de manganèses dont la constitution 2D s'est révélée plus grande sur Mars que sur Terre, et où il y a un problème d'optique, pas d'ombre, donc on a du 2D, donc ce sont bien des dessins sur la roche laissés par des oxydes de manganèse. Et on ne sait pas si aussi il y aurait aussi une influence des gaz de la neige carbonique, qui sont peut-être transparents et pas blancs dans l'atmosphère martienne ?

Figure 3. Les dendrites de Mars
Image tirée de ce site.
L'interprétation de ce qu'on voit comme étant bien l'un des oxydes de manganèse est là.

Figure 3bis. Les dendrites de Mars
Image inspirée de ce site.


Figure 4. Les oxydes de manganèse sur Terre
Image inspirée de ce site.


Les dendrites de manganèse peuvent dans certains environnements avoir l'air d'être tridimensionnelles tout en étant 2D car en réalité le manganèse agit comme une peinture intelligente qui dessine lui-même un dessin de branches et de fleurs, parfois même en plusieurs couleurs en fonction du type d'oxyde de manganèse.
Et bien sûr l'os sur Mars, que moi je pensais que c'était un filon de calcite et que apparemment selon la NASA c'est du gypse . Mais sa présence est à mon avis reliée à un bouleversement climatique local pour des raisons chimiques où l'oxyde de manganèse joue le rôle de catalyse puisqu'il a produit de l'eau et où la neige carbonique dans les pôles récupère cette eau pour créer de l'acide carbonique. Et où sûrement le gypse est à son tour dégradé par l'acide carbonique pour donner des sulfures.

Voici la fonction chimique des dendrites de manganèse (dessins d'arbres) sur le sol martien :

                                     MnO2 (oxyde de manganèse)
2H2O2 (péroxyde d'hydrogène) ──────→2H2O + O2  (eau et oxygène)
H2O +  CO2 (neige carbonique = dioxyde de carbone solide) ──────→H2CO3 (acide carbonique)
Idée tirée d'un commentaire de ce site sur la pile électrique.

Figure 5. L'os sur Mars
Image tirée de ce site.


Figure 5bis. L'os sur Mars
Image inspirée de ce site.



L'interprétation des filons de roche sédimentaire minéralisée de couleur claire tout comme l'os, affleurant comme une séquence de rectangles continus en tant que gypse (je cherchais de la calcite) est là.

Figure 6. Le filon de gypse sur Mars.
Image tirée du même site.


Figure 6bis. Le filon de gypse sur Mars.
Image inspirée du même site.

                   
                                   
A mon avis cet ouvrage de Google Books, Geotechnicak Measurement and Modelling p.369 nous donne le début le plus probable des équations du  du gypse (similaire à des ossements) sur le sol martien, et nous précise au début ces équations ne peuvent pas être écrites à l'envers (chemical swealling):

CaSO4 (anhydrite) +  2H2O (eau) → CaSO4(H2O)2 (gypse = sulfate de calcium dihydraté)

Et si l'argile du sol contient du carbonate de calcium, l'acide sulfurique produit comme au Jurassique du gypse et de l'acide carbonique :

H2SO4 (acide carbonique) +  CaCO3 (carbonte de calcium) + 2H2O → CaSO4(H2O)2 (gypse = sulfate de calcium dihydraté) + H2CO3 (acide carbonique)

(nb : il y a sur internet plus de trois manières de noter le (H2O)2 ainsi que l'association  CaSO4 et (H2O)2 qui forme le gypse dihydraté.)

D'après ce site web, la présence de gypse dans l'eau la rend toxique pour l'homme, mais apparemment il dépollue le sol argileux pour les plantes grâce à l'ion calcium qui repousse l'ion aluminium Al3+ car les deux sont des cations, ses ions Ca2+ et SO42- sont bien pour la culture de pommes de terre car les sols acides acides sur Terre sont pauvres en calcium, donc il comble ce manque. L'autre usage du gypse est qu'il se transforme par évaporation en plâtre ce qui est utile pour l'homme.

Il faudrait connaître les molécules-types de Mars pour connaître les équations-types. Personnellement je ne pense pas que ce seront les mêmes phénomènes chimiques qui ont lieu en Mars et sur Terre. Traditionnellement (au lycée) on nous raconte que : les conditions de température et de pression influencent le type de réaction chimique et de molécules créés. Je n'ai pas vraiment fais des lectures mais c'est faux. Ces paramètres sont bien pour caractériser les minéraux qui sont des formules moléculaires répétées comme les dendrites de magnésium, c'est mathématique. Mais pour caractériser les molécules qui composent les plantes et les êtres humains c'est insuffisant. Car ces molécules sont des systèmes ouverts. Et donc pour grandir les plantes dépendant : de la qualité et quantité nutritionnelles, de l'emplacement en hauteur, de l'emplacement face au soleil, chacune ayant des besoins différents. Et pour l'humain c'est encore plus complexe, par exemple l'exposition à des substances toxiques, l'ingestion d'hormones donc d'autres molécules, a une influence sur nos assemblages moléculaires. Donc la formation de nouvelles molécules et les réactions chimiques ne dépendent pas que des conditions de température et de pression, mais aussi et des apports moléculaires extérieurs (nutriments, hormones, vitamines, sels minéraux, associations moléculaires, balance de ce qui est qualitatif et qui peut devenir nocif en excès) et de la réactivité des molécules aux substances matérielles (poisons, pesticides, acidité et acides, radioactivité, symbiose) et immatérielles (lumière, magnétisme, gravité, durée du jour et de la nuit, vitesse de rotation de la planète, sommeil, repas respectant l'horloge interne, etc).

Côté chimique je vois surtout sur internet que les substances qui sont extrêmement toxiques pour l'homme et le sol, comme le Manganèse de sulfate tétrahydre MnSO₄ (H₂O)4, qui par hasard est rose comme la couleur de Mars, en tant que nutriment apporté avec d'autres nutriments, a pour effet de faire en sorte que la camomille donne plus de fleurs, donne des feuilles plus grandes avec plus d'huile à extraire. Donc il se pourrait que le gigantisme et l'opulence végétale soit aussi lié à une toxicité du sol très élevée.

D'après cet article, il se dégage du méthane sur Mars et d'après une des illustrations de cet article la vapeur d'eau est très présente dans les gaz martiens.

Figure 7. Les gaz martiens
Image inspirée de ce site.


Donc on peut faire la supposition, et j'ai écrit cette équation moi-même (merci YouTube de m'avoir rappelée comment on écrit des équations de chimie, j'avais une fois essayé de faire la terminale scientifique et j'ai bien fait de me dire que ça allait me revenir). Donc au total (si je me suis trompée corrigez-moi), on a : 1 Mn, 3S, 20H, 2Ca, 2C, 24O
Manganèse de sulfate tétrahydre + gypse + méthane + oxygène → dioxyde de manganèse + dioxyde de souffre + carbonate de calcium + eau

MnSO4(H2O)4 + 2 (CaSO4(H2O)2) + 2CH4 + 2O2
→   MnO2 + 3(SO2) + 2(CaCO3) + 10H2O
Donc il y a peut être un lien entre les dendrites de manganèse qui ressemblent à des arbres, la production d'eau à grande échelle et le futur gigantisme des plantes qui auront aussi plus de fleurs que la normale.

En ce qui concerne le magnétisme sur Mars. Il y a-t-il un rapport entre le pôle magnétique et l'axe de rotation de la Terre sur elle-même ?
Toutes les planètes tournent sur elles-mêmes sur un axe incliné pour tourner autour du soleil. D'après    ce site web, l'axe d'inclinaison de la Terre était au  1er janvier 2013 de 23°26'15,32" mais il perd environ  0,4686" (° = degrés,  ′ = minutes,  ″ = secondes) d'inclinaison par an. L'inclinaison de Mars sur cet article est similaire à celle de la Terre puisqu'ils nous donnent comme indication: 25.19°.

Figure 8. Axe de rotation des planètes.
Image inspirée de ce site.


Toutes les orbites des planètes sont à peu près alignées sur le plan de l'écliptique et sont toutes ovales avec un ou deux points plus proches du soleil et un ou deux points plus éloignés. Ce qui crée les saisons et les mouvement apparents du soleils que sont les équinoxes et solstices.

Figure 9. Plan de l'écliptique des planètes.
Image inspirée de ce site qui regroupe plein d'images tirées d'autres sites.


On voit que Pluton n'est pas sur le plan de l'écliptique. On sait que la Nasa l'a déclassé des planètes car bien que 1- il orbite autour du soleil 2– il a une gravité suffisante pour l'arrondir et lui donner une forme sphérique 3- il n'a pas nettoyé son voisinage des autres éléments comme Eris et Cérès donc il fait partie des objets de la ceinture de Kuiper (Kuiper Belt Objects) mais quand même on lui attribue la qualité de planète naine (dwarf planet). Personne n'a jamais dit qu'il y avait une relation entre le pôle magnétique, l'activité volcanique chaude de type magmatique chaude, le plan orbital, et sûrement une autre force inconnue au-dessous de toutes les planètes. Mais il y a. Et par hasard, je lis  dans cet article que Pluton a une activité volcanique froide de type glace, des cryovolcans actifs. Donc il existe un magmatisme froid et un magnétisme froid. Et cela a un impact sur l'orbite de la planète naine qui devient plus légère dans le vide lorsque impulsée par une force inconnue au-dessous de toutes les planètes. Après c'est peu probable que ce soient les gaz du magma qui soufflent la glace comme on voit sur les schémas car d'après ce site, le magnétisme fonctionne mieux à froid qu'à chaud, donc il y a plus de magnétisme sur Pluton que sur Terre, Vénus et Mars. Cette vidéo illustre de façon correcte le volcanisme sur Pluton et d'autres éléments célestes comportant des cryovolcans. Les schémas avec de la lave terrestre c'est du n'importe quoi. On voit que les volcans terrestres et martiens sont nuls et alourdissent les planètes. Côté paranormal la télékinésie a un rapport avec le magnétisme froid et côté physique les nouveaux matériaux supraconducteurs ont un rapport avec le magnétisme froid.

Figure 10. Vidéo sur le magnétisme froid (on ne l'appelle pas comme cela, mais géologiquement c'est ça).
Vidéo intitulée : Quantum Levitation par Association of Science-Technology Centers (ASTC) (astc.org).
Vidéo tirée de ce site.


Figure 10bis. Le cryovolcan.
Image inspirée des ces trois articles:  le premier raconte que le sulfate de sodium gèle à -1.1°C, le deuxième montre que en passant progressivement de 60°C à 20°C, le sulfate de sodium précipite (devient solide, devient minéral), et le troisième informe que les sulfates sont apparus dans la glace comme conséquence tardive de l'apparition de l'industrialisation sur Terre mais ne dis rien sur l'âge du soufre. A vrai dire dans mon imagination je vois un liquide jaune, peut-être une huile, ou peut-être du soufre en tant que force magmatique du cryovolcan, en plus de la neige inactive qui s'active sous terre.

Mon idée c'est: La chaleur chauffe le sulfure de sodium dans les chambres magmatiques inférieures, et permet à la glace inactive de se liquéfier. Le magma étant aimanté attire les minéraux ferromagnétiques vers le haut, c'est de l'aimantation banale. A l'état liquide le sulfure de sodium et la glace inactive liquide (c'est peut-être de l'eau) attrapent des minéraux ferromagnétiques, puis à 20°C, le sulfure de sodium devient solide, et enfin dans le cratère, il fait assez froid pour que l'eau se solidifie, et la glace inactive en se solidifiant autour des minéraux ferromagnétiques, devient de la glace active. Et comme on est à une hauteur idéale, par rapport à la magnéto-croûte, une autre force entre en jeu, plus forte que la lévitation, un peu comme il me semble que cela s'appelle les superconducteurs, sauf que l'opposition des forces est plus intense, la glace active et le sulfate de sodium actif sont éjectés en tant que bombes volcaniques. Et par infiltration la glace active devient inactive puis à cause de la profondeur, elle s'infiltre dans des galeries et devient eau. Il y a communication entre le cratère et la croûte de glace inactive et entre la chambre magnétique supérieure et les galeries d'eau liquide. On a besoin d'au moins trois chambres magmatiques successives pour les différentes étapes de l'inclusion des minéraux ferromagnésiens dans le sulfate de sodium liquide et dans la l'élément aqueux neutre inactif. Notez quand même les couches successives: glace active, croûte de surface, croûte (c'est plutôt une cavité pour son déplacement) de glace active, croûte isolante (parce qu'on est très limités en matière de température), magnéto-croûte (celle qui érige un champ magnétique qui pousse les minéraux ferromagnétiques vers le haut et qui au-même temps peut finalement chauffer un peu, en duo, l'ensemble, sans pour autant casser l'équilibre, bien avant de devenir volcan. Le cryovolcan fait penser aux eaux de profondeurs qui se réchauffent en surface, il s'agit d'un mécanisme binaire où la chaleur entretient un volcan froid sans contact direct. Je ne pense pas qu'on puisse l'imaginer ou le déduire d'une autre manière, mais on peut l'observer et le corriger.



Mais sur Terre comme sur Mars il s'agit bien du magnétisme chaud. Et je crois toujours qu'il y a un truc sous toutes les planètes pour nous faire tourner sur la même orbite. Peut-être une matière froide qui nous fait léviter selon notre poids magnétique, et donc à même hauteur pour toutes les planètes à magnétisme chaud ? Et le magnétisme chaud (il n'y a personne qui l'appelle comme cela) est dû en partie aux flux magmatiques à l'intérieur de l'écorce continentale ou même de l'écorce des fonds marins.
Il y a à l'intérieur des planètes chaudes des flux de magma en convection, qui remontent à la surface et créent des zones d'accrétion de l'écorce terrestre.

Figure 11. Le magma en convection.
Image inspirée de ce site.


Dans la croûte océanique, le magma en remontant à la surface, sous la mer, refroidit, se solidifie et se transforme en roche volcanique. Lors de sa solidification il incorpore les minéraux ferro-magnétiques de formes cristallines diverses diverses : octaèdres, granules, aiguilles qui gardent en mémoire la direction du Nord paléomagnétique. A mon avis on ne peut pas voir l'orientation des minéraux excepté pour les aiguilles. Ce qui expliquerai pourquoi il est presque impossible de trouver une photo illustrant le paléomagnétisme sur internet. Donc il faut rapprocher la boussole de l'affleurement (sur place) et calculer la différence d'orientation entre le pôle Nord géographique et le pôle Nord magnétique local passé, on dit calculer la déclinaison. La déclinaison magnétique est un phénomène local. Le magnétisme terrestre est un phénomène général lorsqu'on est loin des affleurements de roches contenant des minéraux ferro-magnétiques. Proche de ces même roches, même sans le savoir, le pôle magnétique Nord terrestre n'est plus l'officiel. Et sur Terre le pôle Nord magnétique varie sensiblement ou beaucoup selon l'endroit ou on se trouve.

Figure 12. Calcul de la déclinaison
Image inspirée de ce site.


En effet un ancien ouvrage nous raconte que le champ magnétique terrestre p.132 se calcule en fonction de sa Déclinaison D, de son Inclinaison I et de son intensité variable dans le temps. Et page 134 il nous dit que le champ magnétique est gardé en mémoire dans la roche soit par un processus d'aimantation thermo-rémanente pour les roches volcaniques, soit par un processus d'aimantation rémanente détritique pour les roches sédimentaires et détritiques mais avec des altérations dues aux paléocourants, soit par un processus d'aimantation rémanente cristalline postérieure au dépôt sédimentaire, dans les minéraux qui s'y forment.

Figure 13. La déclinaison partie 2
Image inspirée de ce site.


Et voici quelques illustrations de ce qui cause le champ magnétique terrestre local :

Figure 14. Magnétisme local
Image inspirée de ce site.


Figure 15. Magnétites dans le basalte observée au microscope
Image inspirée de ce site.


Figure 16. Dépôt quaternaire de magnétite, actuel, datant de 2011 dans le sable.
Image inspirée de ce site.


Figure 17. Cristaux de hématite (ferro-magnétique) dans un quartz
Image inspirée de ce site.


Figure 18. Roche métamorphique d'origine sédimentaire avec lits de grenats et de magnétites
Image inspirée de ce site.



Finalement on trouve des informations dans ce site sur la formation des gisements hydrothermaux rubannés en fer (banded iron formation – BIF) qui se sont dépôsés sur le rebord des anciennes croûtes continentales pendant l'Archéen. Des bactéries sur la plage, sûrement des stromatolites,  qui respirent les ions ferreux Fe2+ et ferriques Fe3+ pour donner des composants ferreux de couleur verte à noire et ferriques de couleur jaune à rouge ont contribué au dépôts d'hématites rouges et de magnétites noires dans, en étant à l'origine des gisements de fer rubanné (banded iron formation).

Figure 19. Roche sédimentaire hydrothermale (dit BIF)
Image inspirée de ce site.


Mais en ce temps-là, l'atmosphère primitive de la Terre était riche en CO2 (dioxyde de carbone) puis SO2 (dioxyde de souffre) puis en H2 (hydrogène) d'après ce site , alors que l'atmosphère primitive récente de Mars emprisonnée dans les roches était riche en H2O (vapeur d'eau) puis CO2 (dioxyde de carbone). Alors que actuellement l'atmosphère de la Terre est riche en nitrogène N2 (78%) et oxygène O2 (21%), ce qui fait qu'on respire l'oxygène comme un poisson mais hors de l'eau, respirer de l'oxygène pur n'étant pas possible pour nous. Alors que l'atmosphère de Mars est riche en dioxyde de carbone CO2 (96%), argon Ar (1,93%) et nitrogène N2 (1,89%), le dioxyde de souffre SO2 ayant eu un pic dans un passé récent ce d'après cet article. Donc c'est normale que l'on s'attende à ce que l'eau sur Terre provienne des comètes. On ne sait pas si il y a eu des cryovolcans sur Terre ? On n'en a pas encore découverts, mais pourquoi pas ? Donc peut-être que sur Mars il y a une faible probabilité de composition de minéraux ferro-magnétiques puisque leur présence est lié à leur présence dans le magma de la planète, ainsi qu'à la présence de bactéries qui respirent le fer et le précipitent en minéraux ferro-magnétiques et induisent un champ magnétique local qui permettent de lire l'état du champ magnétique interne. Alors Mars produirait surtout des minéraux qui induisent un champ magnétique local faible, inversé, diamagnétique, ou dans le bon sens, paramagnétique. Donc Mars produirait peu d'oxydes de fer et de titane (magnétite, titanite, titano-magnétite, mghémite, titano-maghémite, hématite, titano-hématite), peu d'hydroxydes (goethite, lépidocrite), et peu de sulfures (pyrite, pyrrhotite, greigite).

Figure 20. Mars doit en contenir peu.
Image inspirée de ce site.


Maintenant voyons les anomalies magnétiques sur Mars et sur Terre. D'après moi ce qu'on observe sur les cartes des anomalies magnétiques sont le résultat de 3 facteurs :
- Le magnétisme rémanent des roches du passé en surface, sur la lithosphère.
- Le magnétisme chaud du magma actif dans l'asténosphère qui a un effet sur la lithosphère.
- Le magnétisme froid de la glace active dans l'asténosphère qui a un effet sur la lithosphère.
Le mécanisme du premier est double :
- L'accrétion passive de l'écorce terrestre dans les fonds marins, ce qui nous permet tout comme la datation absolue de calculer l'âge de la Terre, de voir les périodes de polarité positive et négative, de les superposer aux glaciations et aux périodes tempérées, de les superposer aux grandes catastrophes naturelles et aux grandes périodes de mutation génétique, en sachant que l'homme est apparu puis a été le plus inventif pendant les périodes interglaciaires chaudes, notamment avec la révolution industrielle de la vapeur d'eau, de l’électricité, du nucléaire, du charbon, du pétrole, de la silice, etc. où la température pour fabriquer de l'énergie est passé d'un niveau très élevé à un niveau compatible avec la vie terrestre, et où on a déjà commencé à penser la révolution industrielle froide, des électrons, avec les supraconducteurs et les supermatériaux. On peut donc penser que le magnétisme de la Terre influence l'intelligence de l'homme, l'apparition de nouvelles espèces et la disparition des anciennes du point de vue génétique, mais influence aussi la tectonique des plaques, la formation des volcans, des montagnes, des zones de subduction donc la lithosphère, la résistance aux particules solaires donc l'atmosphère, et on ne sait pas à quel point les océans sont aussi influencés.
- L'inclusion active de minéraux ferro-magnétiques par des organismes vivants respirant ou contenant du fer : bactéries, algues, stromatolites, hémoglobine. Ainsi que par les par les forces inertes de la nature : vents, courants d'eau, érosion, porosité-capillarité, remontées de magma. Mais aussi par la main de l'homme : tout les objets susceptibles par altération d'avoir des propriétés magnétiques qui n'ont pas été recyclés et qui ont été enfouis ou stockés ou  laissés à l'abandon.
Le mécanisme du second est une hypothèse :
- On suppose que sous Terre le magma tourne en boule vers la surface en formant des courants de convection. Mais on pourrait tout aussi bien imaginer des tornades de magma, ou des courants marins de magma ? Et on n'a aucune idée si le magnétisme chaud peut co-exister avec le magnétisme froid ? La glace à la surface de la Terre est passive. Je ne connais pas le mécanisme des supraconducteurs, et il faudrait en imaginer un qui déplace de la glace, donc aucune idée des modes possibles de déplacement de la glace, ni si la glace active est susceptible ou pas aux sources de chaleurs. Puisque la glace passive fond. Ni si seulement un seul mécanisme de magnétisation peut exister par corps céleste dans son asthénosphère : hydrogène, magma ou glace active ? On ne sait pas non plus s'il y a des pépins et des obstacles dans le magma asthénosphérique. La seule chose dont on est sûr c'est que la tectonique des plaques, l'emplacement des volcans (qui ne sont pas des points chauds), les zones d'accrétion, les zones de subduction et l'emplacement des montagnes donc les plissements, et les failles donc les déchirements de l'écorce terrestre sont explicables et justifiables par l'activité intra-terrestre et que tout est lié et superposable.
Le mécanisme du troisième n'est pas connu. Bien que d'après moi on puisse émettre l'hypothèse d'un cryovolcan terrestre à l'origine des courants froids, proche du Groenland là où le Golf Stream se refroidit soudainement, et proche de l'Antarctique vers l'île Berkner. On peut aussi supposer que le cryovolcan de l'Arctique est en train de mourir ce pourquoi le réchauffement climatique s'est emballé (moins de glace crachée dans la mer) et ce pourquoi le pôle Nord tiendrait à devenir droit car l'inclinaison des axes magnétiques par rapport aux Nords géographiques (qui sont aussi des axes de rotation planétaires) serait dû au fait que les cryovolcans rendent les planètes plus légères. Et donc plus l'axe magnétique d'une planète serait penché par rapport à l'axe de rotation, plus elle renfermerait de cryovolcans visibles ou invisibles ? Le poids magnétique n'est pas la même chose que le poids en kilogrammes, mais serait aussi calculable, car le magnétisme froid implique un poids léger et le magnétisme chaud un poids lourd qui marche de pair avec la gravitation donc une orbite basse et alignée avec les autres planètes et l'idée de tourner autour d'un axe. Et ce serait un poids par rapport à la masse du vide (si le vide existe en dehors des atmosphères planétaires).

Figure 21. Les deux cryovolcans terrestres seraient ici.
Image inspirée de ce site.


Maintenant voyons pour ce qui concerne la théorie des anomalies magnétiques d'après moi. Bien sûr vous pouvez la compléter car je me suis arrêtée côté interprétation d'images. Et le magnétisme terrestre c'est pas que le calcul des anomalies, il y a aussi le calcul des déclinaisons de la boussole donc du calcul de combien le Nord magnétique est «  faux » par rapport au Nord géographique, et je n'ai pas cherché à connaître les autres calculs qui sont superposables aussi, à condition de faire la bonne interprétation. Notre problème est la 3D et le fait que la Terre ne peut pas être projetée sur une feuille de papier de façon mathématiquement correcte. Donc il faut regarder et comprendre. On voit tout. Il y a des cartes officielles sur internet, mais on comprendra pourquoi, une carte définitive de la planète c'est faux, alors qu'une carte interactive qui change avec la date et le point d'observation c'est mieux. Voici tout d'abord la carte des anomalies magnétiques terrestres.

Figure 22. Anomalies magnétiques terrestres
Image inspirée de ce site et modifiée.


Supposons que les yeux rouges soient des magnétites octogonales et que les tracés jaunes qui mangent les yeux rouges soient des hématites en paillette. Alors la direction du vecteur de l'axe magnétique est donné par trois paramètres :
- L'emplacement des amas
- La direction des grands traits
- Les pointes au milieu des grands traits (points de faiblesse des paillettes)
On note qu'il y a des amas tout autour du Nord de la planète et au Sud Sud Est de la planète.
On note que la direction des grands traits pointe vers le Nord magnétique actuel et futur au-dessus du Tropique du Cancer. Que la direction des grands traits est à la fois horizontale et verticale entre le Tropique du Cancer et le Tropique du Capricorne. Et que la direction des grands traits est oblique vers l'Est au-dessous du Tropique du Capricorne .
Et de plus la flèche Sud du pôle magnétique Sud, donc la base de la flèche Nord, semble être plus excentrée vers l'Ouest, dans le pôle Antarctique par rapport à là où elle se situe sur le Pôle Arctique.
On voit aussi que les grands traits horizontaux présentent tous une petite pointe vers le Nord magnétique actuel.
En outre, la position approximative des deux cryovolcans c et d n'est pas si loin que ça de l'emplacement déduit des pôles magnétiques Nord et Sud de l'Arctique et de l'Antarctique. Une interférence ? Une raison à cela ?

Figure 23. Anomalies magnétiques martiennes
Image inspirée par ce site et modifiée.


On observe que Mars est unipolaire à partir du Sud de l'équateur, et qu'il conserve quand même les traces d'un bipolarisme passé dans sa partie Nord.
Les angles formés par les grands traits sont concaves vers le Sud géographique. Le Nord et le Sud magnétique se confond avec le Sud géographique.
Les amas sont surtout entassés localement sous forme de triangle inversé. Il y en a quelques uns épars pointant vers le même Nord-Sud.
La base du triangle n'est pas un endroit mais une conséquence de la traction magnétique des aimants vers le Nord-Sud.
Aucune idée de comment la boussole de la Nasa a réagit à cela. Aucune idée des processus lithosphériques et asthénosphériques l'expliquant.
La seule explication c'est le bipolarisme passé dont les traces ont conservé une vectorisation vers le Nord. Mais on ne sait pas quels sont les objets qui ont conservé la trace de ce passé, si ce sont les minéraux lithosphériques ou si l’asthénosphère a aussi une mémoire magnétique ?
De plus on ne sait pas si au Nord l’asthénosphère s'est vidée de son magma et éventuellement du mécanisme qui permet au cryovolcan de produire de la glace active, ou si le tout s'est cristallisé et est devenu roche tout comme la lithosphère ? Ni pourquoi la solidification du magma rouge et du liquide jaune de sulfate de sodium n'ont pas gardé plus de traces de leurs passé magnétique. Le magnétisme lithosphérique serait-il autant masqué par le magnétisme asthénosphérique ?
Le magnétisme peut se déplacer car c'est un mouvement perpétuel. Mais dans ce cas quand il s'est déplacé, il a déplacé aussi son passé, comme s'il avait changé de maison  ?
Au cas où il aurait cessé, les minéraux et les phénomènes asthénosphériques anti-magnétiques ou démagnétisants existent-ils ? Le Nord de Mars a-t-il été en contact à l'intérieur ou à l'extérieur avec un corps de champ magnétique égal à lui-même ?
Ou est-ce un phénomène qui se répète, d'où le champ magnétique Nord pouvant devenir nul avant de changer de cap ? Dans ce cas pourquoi un champ magnétique unipolaire Nord-Sud ?
Quelles sont les caractéristiques des champs magnétiques unipolaires ? Comment les créer ? Comment les annuler ? Quelles interactions ? Et sur le plan géologique quelles sont les explications ?

Figure 24. Plus sur les anomalies magnétiques 1
Image inspirée par ce site et modifiée.


Je ne sais pas à partir de quel type de procédé d'étude magnétique est basé cette carte. Mais si tout se superpose, à ce qui a déjà été dit, je rajouterais quelques commentaires :
- 1. Il y a la position des amas par rapport aux longitudes et aux latitudes. Si on divise la planète en 6 bandes longitudinales du Nord au Sud, pour la Terre qui est bipolaire ce sont la deuxième et la cinquième bande qui contiennent le plus d'amas. Pour Mars qui est unipolaire c'est la deuxième bande en partant du Nord-Sud. Donc l'intensité du champ magnétique n'est pas maximale ni à l'équateur ni là par où il rentre ou il sort.
- 2. Il y a le fait que la Terre soit courbée mais que toutes les correspondances des grands traits se recoupent au centre sur un trait unidimensionnel pour le bipolarisme ou sur un point pour le unipolarisme. (désolée, je n'ai pas les mots mathématiques mais ça se comprend)
- 3. Il y a à la fois la tectonique des plaques qui meut la lithosphère et des mouvements inconnus dans l'asthénosphère, car jusqu'à présent c'est le mouvement qui induit le champ magnétique chaud ou froid. Le mouvement dans le temps est aussi un mouvement dans l'espace donc c'est une animation.
- 4. Il y a le fait que le magnétisme détecté soit à la fois un phénomène interne, asthénosphérique et externe, lithosphérique. Il y a des chances que l'asthénosphérique continue de déformer les souvenirs lithosphériques après ce qu'on a vu sur Mars.
- 5. La tectonique des plaques j'en ai déjà parlé. Mais la lithosphère nous fait lire le passé, alors que l'asthénosphère nous renvoie le présent.
- 6. Et pour l'asthénosphère, on ne sait pas s'il y a des obstacles, des pépins ou même des objets qui réfléchissent le magnétisme tout comme la lumière se reflète sur les surfaces cristallines, est magnifiée par la couleur blanche et est absorbée par la couleur noire ? De plus il y a un noyau au centre, théoriquement, ce qui expliquerait pourquoi le magnétisme (au niveau des anomalies magnétiques, je n'ai pas regardé les autres cartes) serait faible et horizontal sur la ligne équatoriale, mais la Terre étant une boule, et les surfaces de la boule étant à équidistance, pourquoi l'équateur révélerait le noyau plutôt que l'enveloppe entière ? La lithosphère est un puzzle, mais l'asthénosphère est un point d'interrogation.
- 7. Il y a le fait que tout champ électromagnétique bidirectionnel ou unidirectionnel, transperce telle une flèche ou un point un objet en 3D. On peut débattre sur le concept de point qui transperce. Pour Mars le concept approprié serait un phare. Donc le Nord-Sud unipolaire est un phare et non un point. Sa lumière magnétique n'a pas une vision à 180°, je n'ai pas de rapporteur mais je dirais que le phare magnétique de Mars émet sur 60° environ. Ce qui remet en question le concept de flèche pour les champs bidirectionnels. La flèche magnétique seraient-ce des feux croisés, un double éclairage ? Ou il y a-t-il vraiment une pointe et une queue qui transperce la Terre ou toute planète tel un vecteur global ? Ce qui serait intéressant pour comprendre le champ électromagnétique bidirectionnel serait d'étudier les pointes au milieu des grands traits uniquement. Car on voit qu'il y a un conflit ternaire de pointes au Pôle Sud . Et ces pointes ont le même comportement que le triangle unidirectionnel du phare martien. Donc les pointes y sont pour quelque chose pour la définition du phare unidirectionnel N=S et du on ne sait quoi bi-directionnel N<>S. Et là on serait quelle métaphore utiliser à la place de flèche axiale ?
- 8. Ensuite il y a les concepts traditionnels qu'il faut adapter un peu. Si l'on souhaite penser vecteur magnétique global transperçant les planètes avec un Nord et un Sud, il nous faut au moins 9 valeurs en surface pour en déduire les 3 valeurs du premier point dans la planète, tout en sachant que le résultat du calcul est faux. Car on a d'une part la 3D mathématique abstraite, x, y, z qui considère que x, y et z forment un axe abstrait, et d'autre part cet axe est plein, n'est pas vide, s'oppose à l'abstraction mathématique. D'autre part on a x', y', z' sur la carapace pour un mur qu'on enfonce dans la planète, x'', y'', z'' sur la carapace pour un deuxième mur qu'on enfonce dans la planète, et x''', y''', z''' sur la carapace pour un troisième mur qu'on enfonce dans la planète. Car x', x'' et x''' sont les x, y, z du premier x. Si on ne veut pas se casser la tête, on regarde une pomme traditionnelle avec ces traits Nord-Sud, après on prend un couteau et on coupe le long de chaque trait Nord-Sud en surface de la pomme puis on déduit que chaque point d'intersection central définit la colonne vertébrale du vecteur central et total de la pomme. D'où peut-être que l'axe du champ magnétique global d'une planète c'est la même chose ? Bien que tout ce qu'on a dit auparavant, les phares, les pointes au milieu des grands traits, les amas en retrait du « vrai » emplacement du Nord et du Sud magnétique, etc. Mais on va considérer que l'analyse vectorielle est une aide à la compréhension mais qu'il n'explique en rien les différents modèles de magnétisme planétaire, donc le vecteur ne rentre pas toujours dans la définition du magnétisme, c'est au cas par cas.
- 9. Enfin on a vu l'idée d'indiquer une direction, que ce soit au travers du concept de phare ou de flèche. Bien que le concept de flèche doit être remplacé. Donc il y a un Nord-Sud ou un Nord quelque part.
- 10. Et pour finir il y a le concept d'inclinaison de la flèche. Le type de magnétisme a un impact sur la position des planètes par rapport à l'écliptique, le magnétisme chaud implique une écliptique proche du réel et un magnétisme froid fait la planète flotter au-dessus de l'écliptique. Mais on ne sait pas non plus si la qualité du magnétisme a une influence sur l'inclinaison de la flèche du magnétisme, ou de la flèche de l'axe de rotation de la planète (qui est celle du Nord-Sud géographique des planètes). Donc je ne sais pas ce qui influence l'inclinaison de l'axe magnétique ? Ni si il a une influence sur les autres axes ?

Figure 25. Plus sur les anomalies magnétiques 2
Image inspirée de ce site et modifiée.


Là on revient sur la théorie de la flèche magnétique qui transperce la Terre et les planètes. On a vu qu'elle était inexacte. Mais là c'est un argument favorable au calcul de la flèche de l'axe magnétique total en tant que concept abstrait loin du réel et de l'idée de carapace et de contenant plein ainsi que loin de l'idée que le concept de flèche doit être remplacé par une autre métaphore. Et donc on a le In et le Out, l'entrée et la sortie de cette flèche abstraite qui se dessine sur Terre. Le In étant le Out sur Mars puisque son Nord-Sud est un phare. Tout cela est mon avis personnel bien-sûr.

Figure 26. Pas de relation entre l'axe de rotation (la position du pôle Nord géographique) et l'axe magnétique
Image inspirée de ce site.


Finalement en regardant une planète comme Jupiter dont l'axe de rotation donc le Nord Géographique, est bien droit, mais l'axe magnétique est penché. On peut supposer qu'il n'y a pas de rapport entre les deux axes, et espérer que le rapprochement du Nord magnétique avec le Nord Géographique n'ait pas de conséquences au niveau de la vitesse de rotation de la planète Terre. Pour ce qui est de l'ADN, on a supposé que les séquences d'ADN sinistrogyre sont dus aux périodes où les pôles magnétiques s'inversent, et donc il s'agirait d'une compilation d'histoire passée, et les séquences d'ADN dextrogyre seraient dues aux périodes où la polarité magnétique serait « normale » du point de vue de l'expansion de la civilisation humaine, où le Nord serait au Nord, et le Sud au Sud en matière de paléomagnétisme, de mémoire magnétique de la lithosphère. Donc l'ADN exposé à un phare magnétique unidirectionnel muterait comment ? Et l'ADN sans la magnétosphère, sous un champ magnétique trop faible, presque inexistant, muterait comment ? Est-ce qu'il survivrait à cette histoire, et quelle nouvelle sculpture moléculaire inclurait-il pour ses descendants ? Si un jour l'homme partait vivre sur Mars, ses descendants seraient mutés, on espère lentement. Car l'ADN est en quelque sorte aussi le fruit des changements et variations magnétiques terrestres et planétaires. De plus l'homme par son génie a prouvé que les sources de créativité sont multiples, puisqu'il ne crée pas que à partir du carbone, il a inventé le feu, il a beaucoup créé avec le feu, et maintenant que la glace est en train de disparaître de la surface de la planète, il commence à créer avec la glace. Peut-être que s'il y a deux cryovolcans à découvrir quelque part sur la planète, peut-être à la source même du Golf Stream et proche de l'île de Berkner, qu'il réussira à percer son mystère et si nécessaire à rallumer celui qui aurait pu cesser récemment de cracher de la glace au bon rythme ? Peut-être qu'il réussira à trouver s'il y a eu une vie sur Mars et quel cataclysme a emporté les hommes préhistoriques martiens, leurs fleuves et leurs forêts ? Mais Mars carbure à quoi ?

Merci pour cette lecture,
J'espère aussi qu'elle aidera le monde de la science car pour ce qui est des généralités, j'ai toujours plein d'idées et de rêves.
Françoise Del Socorro, 13 Septembre 2016
Nouvelles images dessinées par moi + révision: Françoise Del Socorro, 22 Mars 2017. Razz


Dernière édition par waterreedshimmer le Mer 22 Mar - 22:55, édité 41 fois

waterreedshimmer
Habitué

Messages : 244
Date d'inscription : 23/11/2011
Age : 36
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mystère du dioxyde de manganèse et du magnétisme sur Mars

Message  waterreedshimmer le Mar 13 Sep - 15:51

(il m'a mis toutes mes modifications en commentaire, je vais les remettre dans le sujet)

waterreedshimmer
Habitué

Messages : 244
Date d'inscription : 23/11/2011
Age : 36
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mystère du dioxyde de manganèse et du magnétisme sur Mars

Message  Hibouc le Jeu 15 Sep - 2:54

waterreedshimmer a écrit:Il s'agit de mes théories personnelles écrites en 3 jours sur la planète Mars ce qui inclut des idées nouvelles sur la planète Terre donc le domaine d'études consiste en une théorie d'internaute concernant les domaines suivants: géologie, chimie, physique, astronomie, évolution....
...
Notre ADN principalement dextrogyre
Le concept de sinistrogyre provient de ce site (d'après Wang et coll).
Bon, je n'ai pas encore pris le temps de lire ce looong article, mais la première chose qui me saute aux yeux est la terminologie.
De mes cours de chimie moléculaire, j'ai gardé le souvenir que les molécules, selon leur développement en rotation vers la droite ou la gauche, se qualifient de "Dextrogyres" ou "Lévogyres".

L'assemblage hasardeux d'un préfixe d'origine latine (sinistro) et d'un suffixe grec ancien (gyre) me semble particulièrement douteux, même si je viens de voir sur le web que le terme est utilisé... pour décrire le sens dans lequel on trace les boucles des lettres "en écriture". Nous sommes donc ici bien loin du domaine moléculaire.  scratch

Tout ceci jetant dès l'abord un sérieux doute sur les bases scientifiques de ce texte.

waterreedshimmer a écrit:Merci pour cette lecture,
J'espère aussi qu'elle aidera le monde de la science car pour ce qui est des généralités, j'ai toujours plein d'idées et de rêves.
Françoise Del Socorro, 13 Septembre 2016

Au fait, est-ce un article écrit par toi, ou bien as-tu copié-collé un article trouvé ailleurs ?
avatar
Hibouc
Erudit

Messages : 1299
Date d'inscription : 03/06/2010
Localisation : Brabant-Wallon

Voir le profil de l'utilisateur http://www.imaginer-ecrire-publier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mystère du dioxyde de manganèse et du magnétisme sur Mars

Message  Armand Le Biar le Jeu 15 Sep - 8:42

Hibouc a écrit: [...]

waterreedshimmer a écrit:Merci pour cette lecture,
J'espère aussi qu'elle aidera le monde de la science car pour ce qui est des généralités, j'ai toujours plein d'idées et de rêves.
Françoise Del Socorro, 13 Septembre 2016

Au fait, est-ce un article écrit par toi, ou bien as-tu copié-collé un article trouvé ailleurs ?

waterreedshimmer c'est Françoise Del Socorro.

Pour le fonds j'ai pas tout assimilé encore (j'ai l'esprit un peu lent en ce moment).
C'est vrai que ce texte demanderai a être réduit pour une publication sur ce forum.

Juste une petite chose :

"On voit que Pluton n'est pas sur le plan de l'écliptique. On sait que la Nasa l'a déclassé des planètes car bien que 1- il orbite autour du soleil 2– il a une gravité suffisante pour l'arrondir et lui donner une forme sphérique 3- il n'a pas nettoyé son voisinage des autres éléments comme Eris et Cérès donc il fait partie des objets de la ceinture de Kuiper (Kuiper Belt Objects) mais quand même on lui attribue la qualité de planète naine (dwarf planet). "

Ce n'est pas la NASA qui l'a déclassé, elle n'en a pas le pouvoir mais l'Union astronomique internationale au motif que la découverte récente d'Eris, une planète naine plus massive et plus grande que Pluton, rendait sa neuvième place parmi les planètes désormais impossible.
avatar
Armand Le Biar
Indispensable

Messages : 723
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mystère du dioxyde de manganèse et du magnétisme sur Mars

Message  waterreedshimmer le Jeu 15 Sep - 12:07

C'est moi qui ait écrit le texte. Mais les images viennent de internet, j'ai indiqué le site web de chaque image. En réalité dans un travail universitaire on n'a pas le droit d'utiliser des images qu'on n'a pas nous même photographiées ou dessinées ou obtenues, mais dans un travail de lycéen, je suis vieille pour cela, les profs leurs demandent de coller des images sans donner des crédits. Donc ce n'est ni un travail universitaire, ni un travail de lycéen, je ne me sens pas comme un amateur car un amateur passe sa vie à se poser les mêmes questions sur un même objet d'observation, moi je suis plus un amateur du concept de théorie, et de voir jusqu'où on peut redéfinir le monde à sa conscience limitée du monde.

Je ne m'y connais pas en mathématiques, donc en obtention de résultats, mais dans ma vie j'ai capté une petite information sur comment " réussir " en sciences, le fait que les résultats obtenus par des scientifiques peuvent être interprétés de différentes manières possibles, ainsi un même résultat peut permettre de démontrer que une température supérieure à zéro degrés Celsius fond la glace ou que certes, la glace a tendance à devenir eau avec une température positive mais toute l'eau n'a pas tendance à devenir de la glace avec une température négative, d'où on n'aurait pas la bonne flèche et le premier constat serait faux, tout dépend de l'interprétation des résultats.

Après plus l'objet observé n'est pas abstrait, n'est pas une figure géométrique, plus c'est possible d'orienter son argumentation, soit on cherche à se coller au consensus, soit on cherche à défendre un point de vue politique, soit on cherche à réciter sa leçon (hélas c'est mon point faible), soit on cherche à coller ce que l'on voit à son interprétation personnelle (se tromper, et affirmer des choses ridicules, être le sujet de moqueries ou jouer à être différent dans son raisonnement pour déranger le plus possible et faire son chemin en sens inverse ou juste jouer pour s'amuser à faire des théories), soit on cherche à questionner les limites de l'interprétation de l'objet, les failles de son raisonnement, les failles de sa méthode (pas de mon niveau). Ceci est possible dans les sciences qui se basent sur la collecte et l'interprétation des données comme la physique, la géologie, la sociologie, la psychologie (je ne m'y connais pas en statistiques, ni en sciences sociales), mais c'est aussi possible dans les sciences qui fusionnent les données brutes et la méthode d'analyse des données, qui présentent l'objet d'analyse comme une définition et pas comme une énigme muette, qui ne collectent pas des données mais des schémas en les appelant de données, comme la grammaire, l'informatique, la logique, le dessin, la retranscription phonétique et sonore, toute science qui transcrit A en B avant de le collecter. Mais c'est trop difficile dans ces domaines subjectifs car si on rejette un dogme, alors il faut avoir un savoir sur le monde plus grand que mes capacités mentales pour adapter l'interprétation du savoir aux connaissances de son époque. Les sciences basées sur des données brutes sont plus faciles à contredire, à critiquer ou à chercher un sens nouveau que les sciences basées sur des données retranscrites où c'est la parole de l'érudit, du consensus social, de l'interprétation collective où on peut rajouter sa sauce personnelle qui prédomine. Car on n'a pas les graphiques, la transformation totale de A en C, accès à l'objectivité brute sans jugement.

Enfin il y a le caractère intrinsèque des mathématiques, de la représentation graphique, de la systématique, de la tautologie, du holisme, de la logique, et récemment de l'usage de logiciels qui calculent pour nous et qui affichent des chiffres, des données et des courbes, les mathématiques sont un outil. Quand on applique une équation à quelque chose pour obtenir un résultat c'est parce que ça marche et ça donne un résultat. Les équations mathématiques utilisées comme outil n'ont pas un sens métaphysique en elles-mêmes, elles ne comptent pas. Que le chercheur cache ses équations parce que c'est secret, si c'est un programme informatique dont on ne connaît pas le fonctionnement, si elles sont trop complexes ou trop simples pour que le sens puisse être saisi, ou que tout simplement on ne sache pas lire les mathématiques (mon cas), cela n'est pas important pourvu que tous les résultats aient été obtenus avec la même méthode, le souci de ne pas falsifier, l'effort de respecter les coquilles et les incohérences des données brutes, l'espoir de ne pas se tromper. En ce qui concerne les résultats de nature mathématique, c'est le résultat qui compte pour l'interprétation, pas la compréhension de la méthode. Tout le monde ne peut pas collecter des données brutes, il y aurait trop d'erreurs. Dans ce cas ce sont des mesures brutes. Tout le monde ne peut pas transformer les données brutes en un graphique ou un tableau, parce que il faut avoir accès à des appareils et logiciels spécifiques et il faut avoir été formé à les utiliser. Tout le monde peut interpréter un graphique ou des données numériques sur un sujet. Il n'y a pas besoin d'être mathématicien ni physicien pour le faire.

En ce qui concerne le cas particulier de la géologie, ce ne sont pas des sciences exactes, on ne peut pas avoir des données exactes et certifiées et sûres sur le terrain. Mais à grande échelle ces données prennent un sens général et masquent les imperfections dues au fait que la nature soit imparfaite. La nature c'est comme la grammaire, ce n'est que par les règles qu'on peut distinguer la différence entre un adjectif et un verbe. Sauf que quand on étudie la nature, comme ce n'est pas étudier soi-même, on n'a pas honte du fait que toutes les roches soient des mélanges et que l'identification du type de roche ne soit pas une frontière stable, on admet le continuum de la matière, alors que que quand on étudie l'homme on ne comptabilise pas comme donnée ce qui ne rentre pas dans le dogme de l'homme, on trie les données avant de les comptabiliser comme données, il y a une falsification inconsciente de la récolte des données, on déclare à l'avance que les phrases nominatives sont des phrases où le verbe à été élidé, il y a un excès de rigueur. Donc en géologie on accepte plus facilement le fait que l'impact de la méthode soit que les imperfections du départ se retrouvent à l'arrivée, d'où il n'y a pas de superposition exacte des résultats observés, mais on accepte qu'une superposition avec des petites incohérences soit une superposition exacte et bien travaillée. Du coup ça apporte du plaisir d'observer les résultats des autres.

Parce que on sait que les autres ont fait un bon travail que nous on ne sait pas faire. Et je sais que je peux prendre plaisir à les imiter en me limitant à l'interprétation des résultats, tout en sachant qu'à n'importe quel moment je peux être tombée sans le savoir dans la science-fiction, mais comme je ne connais pas la frontière, la mienne c'est de me faire plaisir et de m'imaginer astronaute pour oublier ma catégorie d'internaute.

Pour ce qui est du fait que ce soit l'Union astronomique internationale qui ait déclaré que Pluton ne soit pas une planète, je m'en réjouis, je me sens plus l'âme d'une curieuse qui a un peu farfouillé, que l'âme d'un amateur qui a ses habitudes et refais ses même pas tous les jours. Je ne suis pas attachée à mes idées en astronomie ou en géologie, pour moi c'est un jeu. Et quand je joue, je ne me fixe aucune limite. Ecrire cela c'était un divertissement de deux jours, plus un jour pour le mettre sur internet ici.

Maintenant pour ce qui est de l'auto-critique. J'ai bien rigolé du fait que j'ai re-découvert que les équations chimiques ont comme nécessité d'être bien écrites, d'où si on écrit par exemple d'un côté CH4, de l'autre on a besoin d'écrire CO2, du coup du premier côté on a besoin d'écrire O2 pour équilibrer, du coup en re-découvrant les équations chimiques je me suis rendue compte qu'elles parlent trop pour ne rien dire quand on n'est pas sur place à observer les phénomènes. C'est un jeu de puzzle et pas un jeu d'observation-conclusion.

De plus rien ne prouve que (comme moi j'ai considéré toute seule que) sous un champ magnétique unifocal au Sud de Mars ou dans un endroit sans champ magnétique au Nord de Mars, les molécules puissent avoir un comportement différent que sur Terre. C'est pas de mon niveau, mais tout ce qui tourne autour des noyaux atomiques, protons, neutrons, électrons et j'en sais rien, c'est régit par des forces d'attraction-répulsion, donc il doit y avoir une certaine dépendance vis à vis du type de forces magnétiques. Ce qui fait que sur Terre par exemple certains éléments seront plus hydratables que sur Mars. Mais concrètement je n'ai pas compris pourquoi le graphique que j'ai trouvé m'indique que Mars est une planète très humide qui relâche de la vapeur d'eau alors que sur Terre, l'eau est lourde et a tendance à s'infiltrer et à se saturer pour devenir lac. Donc sûrement que toutes les différences entre lourd et léger, tout ce qui est gaz sur Mars et qui serait liquide sur Terre, ça c'est magnétique, car la lévitation, donc le léger c'est du magnétisme.

Après je n'ai pas le niveau pour dire si le tableau périodique des éléments c'est propre à la Terre ou universel. Je ne m'en souviens plus de comment il fonctionne. Mais si c'est comme le pôle Nord et le pôle Sud. Il faudrait faire un tableau périodique des éléments par planète ou par étoile ? Mais si ce tableau est universel. Alors c'est que les flèches des équations chimiques qui auraient des tendances différentes. Mais aucune idée, je n'ai pas le niveau pour débattre de la structure des atomes.

Si on revient à sur Terre, on sait qu'on ne peut pas reproduire à échelle humaine les phénomènes géologiques, et que chaque matière se transforme en une autre à tour de rôle, dont les propriétés physiques lui sont proches. J'ai vu sur internet que l'hématite peut se transformer en magnétite parce que Google Images nous donne accès à des images dont le site web nous bloque l'accès. Donc en ne changeant que la pression, la température et les concentrations ioniques, on a des transformations moléculaires qui n'ont pas lieu en surface à 30°C à l'air libre. Alors sur une autre planète où tout est différent, où est la prévisibilité ?

Image 1 tirée de ce site.


Image 2 tirée de ce site.



Image 3 tirée de ce site.


En ce qui concerne les bases scientifiques de ce texte. J'ai écrit pour le plaisir. C'est du divertissement. Je n'ai pas copié mes idées, mais vous pouvez copier mes idées dans vos théories argumentées, même si mon petit doigt rêve de célébrité, de aller sur Mars pour vérifier de moi-même... et la terminologie était un souci, car j'avais les idées, mais j'ai dû chercher le bon vocabulaire et je ne l'ai pas toujours trouvé. Le seul cadre que je me suis fixé c'était de parler un peu de la vie sur Mars pour ne pas faire un hors sujet complet en parlant molécules et minéraux martiens... donc oui il y a-t-il une influence du magnétisme sur le  " poids magnétique " des molécules - là j'ai évoqué dans ce commentaire le fait que l'eau semble être légère sur Mars puisque en re-voyant le graphique, les roches se déshydratent sur Mars en laissant échapper leur eau dans l'atmosphère, qui je corrige, est très pauvre en eau, donc il y a de la rosée rocheuse, donc l'eau est légère, sur les combinaisons moléculaires minérales (si ça tourne vers la droite ou vers la gauche, ou pour un phare unipolaire - création de mots - dans quel sens ça tourne ou ça boucle ?) et les tendances des transformations chimiques, et enfin sur l'orientation de l'ADN organique ( lévogyre/sinistogyre = tendance lorsque on est sous un champ magnétique inversé où le pôle Nord magnétique est passé au Sud géographique de la planète ?) ? L'ADN compile-t-il aussi l'histoire magnétique de l'humanité et de ses ancêtres les grands singes qui ont vécu des périodes d'inversion de polarisation ?

Quand on navigue sur internet, on est bombardés de nouvelles informations. Là je viens de voir que c'est possible de transformer un métal non magnétique en un aimant, rien qu'en changeant sa configuration moléculaire. Donc peut-être que le magnétisme a une influence sur la configuration moléculaire mais que inversement la configuration moléculaire est susceptible de rendre magnétique tout et n'importe quoi? Donc dans la nature, quelle influence, quelle flèche prédomine ? Le laboratoire ce n'est pas la nature. La nature a son laboratoire qu'on ne peut pas imiter. Et donc les tendances ne seront pas les mêmes. Les lois du plus fort ne sont pas les mêmes. Et si c'était envisageable hors laboratoire, quelle autre force inconnue influencerait la configuration moléculaire de sorte qu'elle acquiert du magnétisme ? Est-ce que cette question est pertinente ? Les laboratoires ne cessent de créer des nouveaux modèles prêts à être appliqués pour expliquer les mécanismes naturels. Mais là il y a une erreur, si on se mettait à observer les mécanismes naturels, ce que je n'ai pas fait, on en déduirait un modèle très différent de celui des laboratoires. Car ce qui a lieu dans la nature dépend de plein de processus nichés dans une écologie où tout n'est pas observable mais où tout est lié mais où rien n'est isolé dans un tube décontaminé. Ce qui fait que ces découvertes sensationnelles et révolutionnaires de laboratoire laissent une marge de critique trop grande où les possibilités d'anti-thèse sont immenses.

J'ai fait quand j'étais adolescente un cours d'astronomie sur 3 jours. Si un jour j'apprends à conduire, et que j'ai une voiture, pourquoi pas un jour aller observer Mars au télescope avec des amateurs ? Ou même, si j'ai les moyens pour me payer un professeur particulier pour le côté physique-mathématiques, s'inscrire à des cours diplômants pour amateurs ? Mais je n'en suis pas là. Je n'ai pas de contact avec les astronomes. Je n'ai pas à rendre des comptes à un monde austère au sujet du magnétisme martien et terrestre. Et comme j'aime écrire. Et que j'ai compris que internet ça sert à donner. Alors si j'ai des idées fantastiques, je les donne.

Je m'éparpille facilement. Mais je pense que déjà limiter mes idées à ce que l'on peut observer dans la lévitation quantique. Qui a un rapport que je n'ai pas compris avec le magnétisme car c'est mathématique et un rapport que je n'ai pas compris avec ce que j'appelle la " glace active " (mot inventé). Tout ce que j'ai compris par déduction personnelle c'est que tout ce qui est anormalement léger dans l'espace est dû au magnétisme donc au " poids magnétique " (le terme de poids magnétique n'existe pas, c'est ma terminologie science-fiction, parce que pour moi il y a le poids gravité G et le poids magnétique M).

Et donc cette photo issue de ce site web que je mettrais cette fois-ci en annexe car l'auteur semble vouloir la partager (je n'ai pas réussi à le faire, donc elle sera en lien, il s'agit d'une image de lévitation quantique d'origami de Pégasus, expérience de physique quantique). Est mon souci organique et inorganique actuel ? Comment relier ces nouvelles connaissances au paléomagnétisme, aux cryovolcans, à la configuration de l'ADN, aux tendances de réactions chimiques ?


waterreedshimmer
Habitué

Messages : 244
Date d'inscription : 23/11/2011
Age : 36
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mystère du dioxyde de manganèse et du magnétisme sur Mars

Message  waterreedshimmer le Jeu 15 Sep - 17:13

Je vais écrire ces nouvelles interrogations trouvées sur un nouveau post.

Je viens de découvrir quelque chose d'étonnant sur Google. Les scientifiques pensent que les vidéos sur les champs unipolaires sont des mensonges et des escroqueries car ce n'est pas possible.

Ma définition de champ magnétique unipolaire naturel: C'est un phare et non un point.

Ma définition de champ magnétique unipolaire naturel: ça ressemble à une flèche, mais ce n'est pas une flèche puisque les maximas d'intensité sont un petit peu au-dessous des pôle Nord et Sud.

A partir de ce qu'on voit sur les deux très petites images relatant des données scientifiques et pas un schéma, au sujet de Mars et la Terre, que j'ai pu trouver sur internet et commenter. Là le mystère de champ magnétique en laboratoire VS champ magnétique naturel devient intéressant. Et le mystère des champs magnétiques monopolaires, le terme scientifique c'est " monopolaire ", moi j'ai dit " unipolaire " et " phare ".

Ici le site des détracteurs des champs magnétiques monopolaires
" Bonjour.
Les monopôles magnétiques et les aimants mono polaires n'existent pas.
Et la vidéo ne mérite même pas d'être regardée.
Au revoir. " wow !!!

Et ici la vidéo controversée intitulée Easy to make free energy, perpetual motion machine using monopole magnet :


Peut-être qu'elle est fausse ? Ce n'est pas de mon niveau. Mais l'observation in situ des champs magnétiques monopolaires mérite d'être vue et étudiée sous un angle scientifique. Et celle des bipôles naturels mérite d'être mieux définie, en fonction de ce qui est observé, et pas en fonction des calculs de laboratoire faits sur des alliages presque purs. J'ai eu l'impression que le Sud magnétique terrestre ne correspondait pas non plus au Sud géographique terrestre et que le tout était un peu décalé par rapport un noyau... Après je me suis basée sur un graphique.

Plein de mesures de type différents peuvent être faites pour étudier la magnétosphère terrestre. Il n'y a pas que les anomalies magnétiques, il y a aussi les déclinaisons, et d'autres choses que je ne connais pas. Il faudrait superposer tous les graphiques et mesures, pour avoir un à peu près confortable et être le plus sûr possible de si l'axe magnétique terrestre passe ou ne passe pas par le centre de la Terre ? Ou si c'est parce que l'on suppose que le noyau terrestre est métallique qu'il y a une déviation ?

Donc c'est super de naviguer en eaux troubles, de la future vente de systèmes solaires flottants dans les boutiques pour illustrer l'attraction gravitationnelle avant que la Nasa n'ai pu corriger tous ses calculs depuis que l'on sait que Pégasus vole grâce à l'attraction magnétique parce qu'on ne sait pas comment la quantifier dans les objets naturels, et que l'on ne connaît pas les effets sur la santé des objets plus légers que leur poids moléculaire ? Au fait que les phares sont un mensonge, une escroquerie et une erreur d'interprétation en matière de champs magnétiques naturels ?

waterreedshimmer
Habitué

Messages : 244
Date d'inscription : 23/11/2011
Age : 36
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mystère du dioxyde de manganèse et du magnétisme sur Mars

Message  waterreedshimmer le Mer 22 Mar - 23:19

Bonjour, il s'agit ici d'une théorie d'internaute, imaginée après avoir lu des articles sur internet par mes talents de narration en science-fiction, mais la science-fiction c'est toujours proche de la réalité =)

Donc toutes les images ont été changées et elles ont toutes été dessinées en 2 jours au crayon à papier puis scannées. Elles sont hébergées par moi puisque étrangement Google Photos ne marchait pas. Si un jour elles tombent en panne, en ce qui concerne cet article uniquement vu sa valeur personnelle, je peux très bien trouver un autre hébergeur. Mais elles sont quand même assez grandes. Ce n'est pas du domaine public, car au fond les idées ne viennent pas de moi, mais les idées viennent toujours de quelque part, et la transformation des idées en du neuf est totale, donc oui elles m'appartiennent. Mais je n'ai pas la qualité mentale nécessaire pour décider si elles peuvent être commercialisées ou pas. Il n'y a que le droit de paternité, d'attribution que je revendique, puisque c'est mon crayon. Après pour ce qui est de mon imagination, j'écris pour être connue sans prétention, et surtout sans possession du savoir scientifique, comme je l'ai dit: c'est le fruit de mon imagination cette histoire, et c'est pour cela que je la cultive.

Les idées que je revendique surtout c'est comment j'ai imaginé les cryovolcans ainsi que l'interprétation visuelle des anomalies magnétiques de la Terre et de Mars (avec un petit extra-terrestre dessus). Il n'y a aucun calcul, d'ailleurs, je ne sais pas en faire. Je n'ai pas fait d'études dans du visuel, mais dans de l'abstrait, de la grammaire moderne de autrefois, ça s'appelle linguistique ou sciences du langage, et ça m'a toujours manqué le visuel, l'image dans les études. Ce pourquoi j'ai étudié, mais vraiment presque rien de géologie. Mais même les mesures je ne sais pas les lire. Par contre les couleurs, même si j'ai extrapolé mes interprétations d'images minuscules, elles me parlent dans la manière dont elles donnent naissance à des formes. Et le cryovolcan c'était un rêve. Je n'ai pas tout marqué. Mais je posterai sur mon blog un dessin avec plus de mots, même si on n'en a pas besoin, tout est logique du côté image en mouvement. Par contre lorsque je lisais, j'ai beaucoup plus lu et assisté à des cours sans être inscrite de neurologie, donc je connais toujours, même si j'ai oublié, plus de neurologie que de géologie, par contre la géologie reste un questionnement qui va se construire très lentement. Je pense que cet écrit est plus un rêve ou un cauchemar, qu'une réflexion, ce n'est pas du tout réfléchi, c'est automatique, les mots se mélangent dans ma tête et créent cette unique explication possible pour Mars. Une explication que je n'ai pas choisie, un sens inconscient donné à des phrases. Et comme j'aime théoriser quand je ne comprends pas, voilà. J'ai écrit de la science-fiction qui est peut-être de la science ou juste une imagination qui est partie pour m'expliquer les mots et les images, et le fait qu'on ne m'explique pas tout alors que je suis une perfectionniste qui fuit la perfection. C'est ma lecture du monde après que j'ai réussi à récupérer un peu l'analyse visuelle du monde, après avoir oublié un peu mes études abstraites, et même si je ne me suis toujours pas réconciliée avec la lecture. Mais je me suis réconciliée avec l'écriture.

Il manque la bibliographie, j'y réfléchirais à un produire une, dans quelques temps. En espérant que tout ces beaux articles en ligne ne disparaissent pas.

waterreedshimmer
Habitué

Messages : 244
Date d'inscription : 23/11/2011
Age : 36
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mystère du dioxyde de manganèse et du magnétisme sur Mars

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum