Forum de cryptozoologie-cryptides-yéti-calmar géant-loch ness-heuvelmans-zoologie-paranormal
Bonjour et bienvenue sur le forum, pour profiter au mieux du contenu n'hésitez pas à vous inscrire et à participer aux sujets.

En vous inscrivant vous pourrez profiter des contenus mais en plus y participer donc donner votre avis et avoir des réponses ou des précisions en retour.

De plus des administrateurs et modérateurs se tiennent à votre disposition pour faciliter votre adhésion et garantir le calme et la paix sur le forum.
Nous espérons vous lire prochainement, à bientôt.
Contact: webmastersitecryptozoologie@hotmail.fr
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Le site du forum


Les vampires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les vampires

Message  Morgana Beltane le Jeu 11 Aoû - 0:13

Ne pas copier ce contenu sans autorisation
vampires suceur de sang mythe légende histoire vampirisme Dracula Vlad Tepes surnaturel monstre créature humaine sanguinaire forum canine

Les vampires sont des morts vivants qui sortent la nuit de leurs cercueils et de leurs tombes pour aller se nourrir du sang des vivants, dont ils transpercent la veine jugulaire au moyen de leurs canines proéminentes. Ils prolongent ainsi indéfiniment leur existence posthume, tout en condamnant leurs victimes à devenir vampires à leur tour. Il se crée ainsi, siècle après siècle, une "filière vampirique" qui ne fait que s'accroître.

Collin de Plancy évoque "des hommes morts et enterrés depuis plusieurs années, ou du moins depuis plusieurs jours, qui revenaient en corps et en âme, parlaient, marchaient, infestaient les villages, maltraitaient les hommes et les animaux, et surtout qui suçaient le sang de leurs proches, les épuisaient, leur causaient la mort. On ne se délivrait de leurs dangereuses visites et de leurs infestations qu'en les exhumant, les empalant, leur coupant la tête, leur arrachant le coeur, ou les brûlant. Ceux qui mouraient sucés devenaient habituellement vampires à leur tour."

Les vampires sucent le sang de leurs victimes avec tant d'avidité que ce sang leur sort par la bouche, les narines et les oreilles. Lorsque au petit jour ils regagnent leurs cercueils, ils se baignent dans une marre de sang.

"On disait que ces vampires, ayant continuellement grand appétit, mangeaient aussi les linges qui se trouvaient autour d'eux. On ajoutait que, sortant de leurs tombeaux, ils allaient la nuit embrasser violemment leurs parents ou leurs amis, à qui ils suçaient le sang en pressant la gorge pour les empêcher de crier. Ceux qui étaient sucés s'affaiblissaient tellement qu'ils mouraient presque aussitôt. Ces persécutions ne s'arrêtaient pas à une personne seulement : elles s'étendaient jusqu'au dernier de la famille ou du village (car le vampirisme ne s'est guère exercé dans les villes), à moins qu'on n'en interrompit le cours en coupant la tête ou en perçant le coeur du vampire, dont on trouvait le cadavre mou, flexible, mais frais, quoique mort depuis longtemps. Comme il sortait de ces corps une grande quantité de sang, quelques-uns le mêlaient avec de la farine pour en faire du pain : ils prétendaient qu'en mangeant ce pain ils se garantissaient des atteintes du vampire.

A quoi reconnaît-on un vampire ?

D'un teint généralement cadavérique, les vampires peuvent avoir les joues et les lèvres rouges lorsqu'ils viennent de se gorger de sang. Leurs yeux sont généralement rouges et brûlants. Les canines sont pointues et dépassent de leurs lèvres. Ils ont le système pileux très développé ; leurs sourcils se rejoignent et ils ont des poils sur les mains et même à l'intérieur des paumes - ce qui est généralement le cas des loups-garous. Enfin et surtout, ils ne se reflètent pas dans les miroirs et ne projettent pas d'ombre lorsqu'ils sont à la lumière.

S'ils ont la plupart du temps une apparence humaine, les vampires peuvent se transformer en animaux, notamment en chauves-souris, mais également en brouillard ou en fumée. Ils savent voler et s'introduisent dans les maisons en utilisant les fenêtres de préférences aux portes. Mais ils ne peuvent pénétrer dans un lieu sans y avoir été invités la première fois par un être vivant. Ensuite, ils y reviennent quand ils le désirent, à leur guise.

Comment devient-on un vampire ?

Certains sont plus prédisposés que d'autres. C'est le cas des enfants nés d'unions d'un prêtre et d'un nonne, des bébés "nés coiffés", c'est-à-dire avec le placenta sur la tête, ou bien avec des dents, ou portant une marque de naissance ou un bec de lièvre. Sont également suspects les rouquins (surtout dans les pays slaves) ou bien les septièmes rejeton d'une fratrie. Peuvent aussi devenir vampires les enfants morts sans baptême ou les adultes décédés en état de péché mortel, en dehors du sacrement de l'Eglise. Il peut suffire qu'une femme enceinte soit regarder pas un vampire au cours des trois premiers mois de sa grossesse pour que son petit soit un vampire. Mais le plus sûr moyen d'entrer dans la filière vampirique est encore de se faire mordre et sucer le sang par un vampire.

Les Vampires dans l'Histoire

L'Antiquité gréco-romaine connaissait des entités vampiriques telles que les lamies, mais les premières mentions de morts - généralement excommuniés - qui sortent la nuit de leurs tombes pour tourmenter leurs proches remontent au XIIe siècle anglais, dans De nugis curialium de Water Map (1193) et Historia rerum anglicarum de Guillaume de Newburgh (1196). Le seul moyen d'entraver les actions malfaisantes de ces cadaver sanguisugus était d'ouvrir leur cercueil, et de transpercer leur cadavre intact et gorgé de sang au moyen d'une épée avant de le brûler.

Après une épidémie de vampirisme au XIVe siècle, qui marqua l'ensemble de l'Europe de l'Est et des Balkans, puisqu'on trouva leurs traces en Prusse-Orientale, en Silésie, en Bohême, en Moravie, en Serbie, en Pologne, en Hongrie, en Roumanie et en Grèce, il faut attendre le XVIIIe siècle pour relever les cas les plus notoires. On peut citer par exemple le nom de Pierre Plogojowitz, vampire hongrois qui fut accusé d'avoir tué huit personnes dans le village de Kizilova en 1725. L'année suivante, c'est Arnold Paole qui fut suspecté d'avoir décimé une grande partie du bétail et de la population du village serbe de Medwegya. Le lieutenant Büttner enquêta sur cette dernière affaire qui donna lieu à un document intitulé Visum et Repeum, publié le 7 janvier 1732, qui attira l'attention de Louis XV et du duc de Richelieu. Le lieutenant écrivait notamment qu'Arnold Paole, membre de la noblesse locale, s'était brisé le cou cinq ans auparavant en tombant d'une charrette à foin. Or Paole avait raconté, avant son décès, qu'il avait été victime d'un vampire près de Cassowa, dans la Perse turque. Pour se libérer de ce lien maléfique, Paole aurait mangé de la terre dans la tombe d'un vampire et se serait frotté le corps avec le sang de ce dernier. Malgré ces précautions, Paole revint après sa mort tourmenter les vivants sous forme de vampire. On déterra son cadavre quarante jours après l'inhumation ; ce fut pour le trouver en parfait état de conservation, les chairs rouges et les yeux injectés de sang frais. Le sang lui sortait aussi par les oreilles et par le nez, tachant sa chemise et son linceul. Persuadés qu'ils avaient bien affaire à un vampire, les villageois lui enfoncèrent un pieu dans le coeur avant de brûler le cadavre le jour même.

Dans la Magia posthuma, imprimée à Olmütz en 1706, Ferdinand de Schertz cite le témoignage suivant à propos des vampires de Hongrie, écrit de la main d'un M. de l'Isle de saint-Michel : "Une personne se trouve attaquer de langueur, perd l'appétit, maigri à vue d'oeil et, au bout de huit ou dix jours, quelques fois quinze, meurt sans fièvre et sans aucun symptôme de maladie que la maigreur et le dessèchement. On dit, en Hongrie, que c'est un vampire qui s'attache à cette personne et lui suce le sang. De ceux qui sont attaqués de cette mélancolie noire, la plupart, ayant l'esprit troublé, croient voir un spectre blanc qui les suit partout, comme l'ombre fait le corps.

"Lorsque nous étions en quartiers d'hiver chez les Valaques, deux cavaliers de la compagnie dont j'étais cornette moururent de cette maladie, et plusieurs autres, qui en étaient attaqués, seraient probablement morts de même, si un caporal de notre compagnie n'avait guéri les imaginations en exécutant le remède que les gens du pays amploient pour cela. Quoique assez singulier, je ne l'ai jamais lu nulle part. Le voici :

"On choisit un jeune garçon, on le fait monter à cru sur un cheval entier, absolument noir ; on conduit le jeune homme et le cheval au cimetière ; ils se promènent sur toutes les fosses. Celle où l'animal refuse de passer, malgré les coups de cravache qu'on lui délivre, est regardée comme renfermant un vampire. On ouvre cette fosse, et on y trouve un cadavre aussi beau et aussi frais que si c'était un homme tranquillement endormi. On coupe, d'un coup de bêche, le cou de ce cadavre ; il en sort abondamment un sang des plus beaux et des plus vermeils, du moins on croit le voir ainsi. Cela fait, on remet le vampire dans sa fosse, on la comble, et on peut compter que dès lors la maladie cesse et que tous ceux qui en étaient attaqués recouvrent leurs forces peu à peu, comme des gens qui échappent d'une longue maladie d'épuisement..."

Les Vampires dans la littérature et le cinéma

De nombreux traités sur les vampires furent publiés au fil des siècles, notamment le Traité sur les revenants en corps, les excommuniés, les oupires ou vampires, broucolaques de Hongrie, de Moravie, etc., publié en 1746 par dom Augustin Calmet. Mais les vampires sont entrés en littérature au XIXe siècle,avec la vague du romantisme anglais : Vampire de lord Byron (traduit en français en 1919), Christabel de Coleridge et Lamia de Keats (1820). Plus recemment, Anne Rice a donné au personnage de Lestat, le héros d'Entretien avec un vampire (1974), une dimension séduisante et romantique.

Le vampire le plus célèbre demeure toutefois le comte Dracula, le sombre héros du roman de Bram Stoker, qui inspira un grand nombre de films, depuis le Nosferatu de F.W. Murnau (1922), le Dracula de Tod Browning (1931), interprété par Bela Lugosi, sans compter l'interprétation de Christopher Lee dans de nombreux films de vampires depuis 1958 et le Dracula de Francis Ford Coppola (1992).

En fait, "Dracula" est le diminutif de Dracul, qui signifie "diable" ou "dragon" en Roumanie. Stoker s'est inspiré d'un personnage historique, Vlad Tepes (1431-1476), quatrième voïvode de Valachie, longtemps considéré comme un héros national qui libéra sa province (située aux limites de la Roumanie et de la Hongrie) des envahisseurs ottomans. Mais sa cruauté sanguinaire et ses méthodes expéditives - il faisait empaler ses ennemis par centaines sur les champs de bataille - lui valurent le double surnom de "Vlad l'Empaleur" et de "Dracula". Fait prisonnier par les Ottomans lors d'une ultime campagne militaire, Vlad périt décapité. Son corps sans tête fut enterré près de son château, avant de disparaître mystérieusement, alimentant une légende qui se perpétua jusqu'à l'oeuvre de Bram Stoker. Pour autant, techniquement parlant, Vlad Dracul n'était pas un vampire.

Vamps et Vampires

Il existe dans le vampirisme une forte connotation érotique. Ainsi, les vampires masculins (à l'exemple de Dracula ou de Nosferatu) semblent exclusivement attirés par le sang des jeunes femmes. De même, les femmes vampires raffolent du sang des jeunes hommes, à l'exception de Carmilla (1872), de Sheridan Le Fanu, vmpire femelle avide du sang des femmes, qui apparaît ainsi au chevet de Laura, l'une de ses proies : "Les deux grands yeux approchèrent de mon visage et brusquement j'éprouvais une douleur semblable à la piqûre de deux dards, pointus comme des aiguilles, éloignés d'un centimètre l'un de l'autre, qui s'enfonçaient profondément dans mon seil. Je m'éveillai avec un cri. La pièce était éclairée par la bougie qui brûlait la nuit et je vis une forme féminine, debout au pied de mon lit, un peu à droite. Elle était vêtue d'une robe sombre et flottante, ses cheveux répandus lui couvraient les épaules. Un bloc de pierre n'eût pu être plus immobile. Il n'y avait pas le moindre bruit de respiration. Comme je la regardais fixement, la forme parut changer de place, s'approcher de la porte, puis celle-ci s'ouvrit et elle disparut." La vampire Carmilla éprouve pour Laura un désir trouble qui lui fait dire : "Tu es à moi, tu seras à moi et nous serons unies à jamais." Désir partagé par sa victime, Laura : "J'étais, comme elle le disait, 'attirée par elle', mais je ressentait en même temps à son égard une sorte de répulsion. Dans ce sentiment ambigu, cependant, l'attirance l'emportait de beaucoup. Mon amie m'intéressait et me séduisait ; elle était belle et douée d'un charme indescriptible." De même, dans La Morte Amoureuse (1836) de Théophile Gautier, le prêtre de campagne, Romuald tombe sous le charme vénéneux de la belle et dangereuse vampire Clarimonde : "La fraîcheur de la peau de Clarimonde pénétrait la mienne, et je me sentait courir sur le corps de voluptueux frissons. (...) Je me serais ouvert le bras moi-même et je lui aurais dit : 'Bois ! et que mon amour s'infiltre dans ton corps avec mon sang !' "

En outre, il existe une forme de vampirisme sexuel non sanguinaire, consistant à vider la victime de son "fluide de vie". Dans ce cas, la femme vampire devient la "vamp", dont le Shorter English Dictionary donne la définition suivante :

"Une femme qui s'efforce de charmer ou de captiver les hommes (souvent pour des raisons malhonnêtes ou discutables) en utilisant son attrait sexuel sans scrupules." La vamp est une femme fatale dont l'amour entraîne généralement la mort, physique ou mentale, des hommes qui se laissent séduire par ses charmes vénéneux.

Le vampirisme sexuel célèbre les noces ambigües d'Eros et Thanatos. Dans ce genre particulier, il faut citer les films du cinéaste français Jean Rollin qui, depuis 1968, a tourné d'innombrables petits chefs-d'oeuvre d'inspiration fantastique, érotique et surréaliste, parmi lesquels Le viol du vampire (1968), La vampire nue (1969), Le frisson des vampires (1970), Requiem pour un vampire (1971), Lèvres de sang (1974), La nuit des traquées (1980), La morte vivante (1982), Les deux orphelines vampires (1995) et La fiancée de dracula (2000).

De même, il existe des vampires psychiques qui, consciemment ou non, "épuisent" leurs victimes par leur simple présence. Ces êtres parasites ne savent pas forcément qu'ils sont des vampires, et agissent souvent en toute innocence. On les reconnaît au fait qu'en leur présence on ressent vite une fatigue intérieure, une sorte de découragement, d'ennui, voire de désespoir, qui ne cesse qu'avec leur départ.

Comment s'en débarrasser

Exposer le corps d'un vampire au grand jour lui est fatal car ces êtres de l'ombre craignent par-dessus tout les rayons du soleil. De même, ils ne peuvent franchir des étendues d'eau qu'à marée haute ou lorsque la mer est étale. Les vampires redoutent également les crucifix, les hosties consacrées et l'eau bénite. Il semble que l'usage de gousses d'ail ne soit liées qu'à une superstition locale (roumaine, et non pas provençale, comme on pourrait le penser). On peut aussi enterrer le vampire supposé en l'allongeant sur le ventre à même le sol ; de cette manière, lorsqu'il s'éveille, il mâche la terre et s'étouffe. Ou bien on lui remplit les narines, les oreilles et les yeux d'encens, à moins qu'on ne lui enfonce des gousses d'ail dans la bouche et l'anus. Mais le meilleur moyen de s'en débarrasser semble bien être la méthode classique qui consiste à planter un pieu de bois acéré dans le coeur du vampire endormi dans son cercueil avant de lui trancher la tête et d'incinérer son cadavre. Si la créature continue pourtant à perpétrer ses crimes, c'est qu'il ne s'agissait pas d'un vampire, mais d'un spectre. L'un des premiers, Sheridan Le Fanu a décrit avec force détails la façon dont il faut détruire le corps du vampire : " Le corps, selon une antique pratique, fut soulevé et un pieu aigu fut enfoncé dans le coeur du monstre qui, à ce moment, poussa un cri perçant en tous points semblable à celui qui peut échapper à un être vivant pendant l'agonie. Puis la tête fut tranchée, et un flot de sang s'échappa du cou sectionné. Le corps et la tête furent ensuite placés sur un petit bûcher et réduits en cendres qui furent jetées dans la rivières et dispersées au vent. Désormais cette région fut débarrassée du fléau du vampire."

Sources : Recherches personnelles

vampires suceur de sang mythe légende histoire vampirisme Dracula Vlad Tepes surnaturel monstre créature humaine sanguinaire forum canine
Ne pas copier ce contenu sans autorisation
avatar
Morgana Beltane
Explorateur

Messages : 25
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 32
Localisation : Liverpool, Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur http://bloodyvampires.wifeo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les vampires

Message  JR le Sam 13 Aoû - 11:15

Ca me gêne ces "interdiction de copier sans autorisation", alors qu'il n'y a ni signature ni indication de source...

à+

JR

JR
Indispensable

Messages : 574
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 65

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les vampires

Message  Philippe Mind le Sam 13 Aoû - 11:31

Pourquoi mettre des sources pour dire "Recherches personnelles", Jean ?
Moi je ne mets pas les sources quand je vous publie mes études qui ne figurent pas sur des manuels ou des sites internet par exemple.
avatar
Philippe Mind
Erudit

Messages : 4118
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 31
Localisation : Thionville

Voir le profil de l'utilisateur http://hellboy57.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les vampires

Message  JR le Sam 13 Aoû - 11:46

Philippe Mind a écrit:
Pourquoi mettre des sources pour dire "Recherches personnelles", Jean ?
Moi je ne mets pas les sources quand je vous publie mes études qui ne figurent pas sur des manuels ou des sites internet par exemple.
Justement, il n'est pas non plus marqué "recherches personnelles". Et ce n'est pas vraiment l'habitude sur un forum. Enfin, je ne dis pas non plus que c'est le scandale du siècle et que ça me donne des boutons... Rolling Eyes

à+

JR
Indispensable

Messages : 574
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 65

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les vampires

Message  Philippe Mind le Sam 13 Aoû - 11:53

Tu disais à un moment sur ton site qu'il fallait te demander pour copier tes articles car tu aimais savoir où ils allaient, je suis de ton avis là dessus, alors pourquoi ce message "Ne pas copier ce contenu sans autorisation" semble t'étonner je ne comprends pas ...

Revenons au sujet svp ? Les vampires Wink
avatar
Philippe Mind
Erudit

Messages : 4118
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 31
Localisation : Thionville

Voir le profil de l'utilisateur http://hellboy57.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les vampires

Message  herveteam le Sam 13 Aoû - 12:00

Je pense que Morgana est l'auteur de ce sujet, donc :
éditer+signature et le tour est joué.
avatar
herveteam
Indispensable

Messages : 916
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 44
Localisation : roanne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les vampires

Message  JR le Sam 13 Aoû - 12:15

Philippe Mind a écrit:
Tu disais à un moment sur ton site qu'il fallait te demander pour copier tes articles car tu aimais savoir où ils allaient, je suis de ton avis là dessus, alors pourquoi ce message "Ne pas copier ce contenu sans autorisation" semble t'étonner je ne comprends pas ...
Hé ! Un forum n'est pas exactement un site perso ou un blog ! Cela posé, je ne vais pas insister là-dessus, je trouve ça inhabituel et un peu surprenant, c'est tout.

Après, pour revenir au sujet, je possède le bouquin de Robert Ambelain Les vampires, qui cite nombre de témoignages et fait un rapprochement intéressant avec les saints dont le corps est souvent aussi, anormalement conservé...

à+

JR
Indispensable

Messages : 574
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 65

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les vampires

Message  Morgana Beltane le Dim 14 Aoû - 11:38

Mes sources, mon cher, sont entre autre "Loups-Garous et Vampires" de Rolland Villeneuve ainsi que l'Encyclopédie du Merveilleux... ainsi que de nombreux autres livres.

Voilà pour l'information...
avatar
Morgana Beltane
Explorateur

Messages : 25
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 32
Localisation : Liverpool, Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur http://bloodyvampires.wifeo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les vampires

Message  JR le Lun 15 Aoû - 8:18

Morgana Beltane a écrit:Mes sources, mon cher, sont entre autre "Loups-Garous et Vampires" de Rolland Villeneuve ainsi que l'Encyclopédie du Merveilleux...
Bon, OK Rolling Eyes . Je rebondis sur le titre "loups-garous et vampires", quel lien fait-il entre les deux ? Les loups-garous ne sont pas des défunts, et les vampires ne prennent pas de forme corporelle particulière dans les récits présentés comme des témoignages de première main sous serment (principalement du dix-huitième siècle, ceux compilés par l'Abbé Calmet notamment).

à+

JR

JR
Indispensable

Messages : 574
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 65

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les vampires

Message  Max3825 le Mar 16 Aoû - 13:02

J'appel ceci un bon début de roman !
avatar
Max3825
Explorateur

Messages : 72
Date d'inscription : 12/08/2010
Age : 32
Localisation : Isére

Voir le profil de l'utilisateur http://crypto634zoologie.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les vampires

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum