Forum de cryptozoologie-cryptides-yéti-calmar géant-loch ness-heuvelmans-zoologie-paranormal
Bonjour et bienvenue sur le forum, pour profiter au mieux du contenu n'hésitez pas à vous inscrire et à participer aux sujets.

En vous inscrivant vous pourrez profiter des contenus mais en plus y participer donc donner votre avis et avoir des réponses ou des précisions en retour.

De plus des administrateurs et modérateurs se tiennent à votre disposition pour faciliter votre adhésion et garantir le calme et la paix sur le forum.
Nous espérons vous lire prochainement, à bientôt.
Contact: webmastersitecryptozoologie@hotmail.fr
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Le site du forum


Le déluge entre mythe et réalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le déluge entre mythe et réalité

Message  Marjy le Sam 13 Aoû - 8:47

Ne pas copier ce contenu sans autorisation
Il y a quelques temps, l'océanographe Robert Ballard a affirmé avoir retrouvé les traces du Déluge Universel, sur une ancienne ligne côtière, située entre la Mer Méditerranée et la Mer Morte, qui disparut, suite à une épouvantable inondation, il y a 8000 ans.

Ce même Ballard affirme avoir démontré ainsi la véracité du récit biblique.

Mais, à mon avis, il n'y avait absolument pas besoin de ces découvertes pour établir la réalité de l'arrivée, par le passé, d'un bouleversement global, dont le souvenir serait rester dans les mythes de tous les peuples du monde.

En effet, contrairement à ce qu'on pourrait penser, la légende d'un Déluge Universel, ou du moins d'une catastrophe de nature différente, qui aurait touché la Terre, n'est pas une caractéristique spécifique de la tradition judéo-chrétienne, au contraire on peut affirmer que cette dernière est héritage des mythes sumériens, desquels les hébreux, dont les premières et très anciennes patries étaient en Mésopotamie, ont assimilé le contenu.

Effectivement le mythe sumérien de Gilgamesh, le héros sumérien au deux-tiers divin et un tiers humain, raconta comment, ce dernier,après la mort de son ami Endiku, erra désespéré à la recherche de son aïeul Utnapishtim (qui possédait le savoir pour faire revivre son ami !!!).

Après avoir retrouvé son aïeul, Gilgamesh su que Utnapishtim était le seul, par la volonté du dieu Ea, à avoir survécu à un déluge lancer par les dieux pour punir l'humanité corrompue. Le dieu Ea donna à Utnapishtim les mesures de l'embarcation à construire pour se sauver et mettre "au sec" "la semence de toutes les créatures vivantes".

Après des jours et des jours de navigations sur des eaux agitées par la furie des éléments, la colère des dieux sembla finalement se calmer et Utnapishtim libera d'abord une colombe puis une hirondelle qui ne sachant pas où se poser revinrent vers l'embarcation, c'est alors seulement qu'il libera un corbeau, qui trouvant de la nourriture en quantité, grâce aux nombreuses carcasses, ne revint plus, alors il se décida à descendre sur la terre libre des eaux.

Tout comme Utnapishtim et le biblique Noé, d'autre peuples de la zone eurasiatique se rappellent, dans leurs mythes, de catastrophes similaire et d'éventuels élus des dieux pour qu'ils puissent se sauver et donner une nouvelle énergie au genre humain.

C'est ainsi que dans la tradition grecque nous trouvons Deucalion et Pyrrha, mari et femme, qui se sauvèrent sur une arche et repeuplèrent la terre en lançant des pierres sur leur chemins ; en Iran on garde le souvenir de Yima, tandis qu'en Inde on cite Baisbasbata.

Avec une légende universelle aussi particulière, même la durée du déluge varie très peu (de 40 à 60 jours), donnant ainsi l'intuition que, plus qu'un mythe, cela doit être quelque chose d'absolument réel qui a laissé un profond traumatisme dans l'humanité mondiale.

J'ai parlé d'humanité mondiale puisque si les ressemblances des différents mythes cités peut être justifiée par la relative proximité géographique de ces peuples, cette théorie s'envole (et en même temps rend encore plus juste l'hypothèse que ce n'est pas qu'un mythe) quand on peut rencontrer ces mêmes récits dans les traditions (datant de plusieurs millénaires avant l'arrivée des conquistadores espagnols, on peut donc renoncer à l'idée d'une contamination possible) des peuples du centre et du Sud de l'Amérique. Citons CoxCox, du mythe aztèque, qui pris la fuite sur un énorme cyprès ; Tepzi, du mythe Olmèque ; Bochica, du mythe Chibcha colombien, qui se sauva du déluge en ouvrant un trou dans la terre ; Tamandere, le Noé Guarany de l'Amérique Méridionale, etc ...

Dans tous les cas les animaux sauvés représentent la faune locale.

Une fois établi le fait qu'une catastrophe toucha toute la Terra et décima intensément la population humaine, la faune animale et végétale, deux doutes surgissent : Ce fut vraiment un déluge ? Quand se passa cette catastrophe ?

L'impossibilité d'un cataclysme ayant pour source juste la pluie, investissant toute la Terre, exception faite des cimes les plus haute, est assez discutable, puisque la quantité d'eau présente sur notre globe ne peut subir de variation assez élevée pour justifier un tel évènement.

Le texte biblique dit : "...et ils brisèrent les sources du grand abîme et les cataractes du ciel s'ouvrirent..." : peut-être que rupture des sources de l'abîme on veut dire l'élévation du niveau des eaux terrestres, mais cette hypothèse aussi est à écarter à priori car il serait difficile d'expliquer d'où toute cette eau aurait pu provenir et se serait par après écoulée.

Plus sensée et justifiée pourrait être au contraire l'hypothèse d'un évènement catastrophique, qui, accompagné d'autre évènements naturels comme des tremblements de terre, des raz-de-marées, soulèvements et abaissements de l'écorce terrestre, éruptions volcaniques, ait provoqué des inondations sur diverses parties de notre planète positionnées relativement bas par rapport au niveau de la mer et qu'il se soit transmis dans les traditions d'abord orales puis écrites des différents peuples.

La somme de tous ces éléments naturels catastrophiques cités ci-dessus pourrait très bien donner l'idée, aux spectateurs disparus de cette époque, que la fin du monde est bel et bien arrivée.

Un évènement similaire s'est effectivement produit dans un laps de temps qui varie entre 10 000 et 13 000 ans : c'est en effet à cette époque que selon les scientifiques d'aujourd'hui eu lieu le dernier déplacement établi des pôles magnétiques. Selon le codex Chimalpopoca, écrit dans l'ancienne langue des aztèques, le nahuatl, il y aurait eu 4 épouvantables bouleversements provoqué par le déplacement de l'axe terrestre.

Dans le mythe nordique on raconte que quand le loup Fenrir cassa ses chaînes il "se secoua et le monde trembla : le frêne Yggdrasil (l'axe du monde) fut secouer dans racines jusqu'au branches les plus haute. Les montagnes se brisaient, la terre perdait sa forme, et les étoiles tombaient du ciel". L'axe polaire d'alors, qui selon certain géologue avait à l'époque son point nord au niveau des îles Hawaii, fut arraché et la terre oscilla dangereusement avant de reprendre une nouvelle position, avec de nouveaux pôles. D'immense nuages de poussière cosmique retinrent les radiations solaires de façon telle que les zones que nous connaissons comme glacées (Antartique, la Sibérie), mais qui à l'époque jouissaient d'un climat tempéré, subirent un brusque refroidissement (ce qui expliquerait que les corps de mammouth parfaitement conservés, avec de la nourriture non digérée dans l'estomac, découverts en Sibérie). D'autres zones, comme par exemple l'Amérique du Nord et la partie septentrionale de l'Europe, alors sous la glace se libérèrent tout aussi soudainement de leurs glace qui, en fondant, contribuèrent à l'élévation du niveau de la mer. La même chose pourrait être arrivée pour la calotte polaire arctique. Aujourd'hui, ceux qui sont plus compétents au niveau géologie pourraient objecter que les dernières estimations faites sur la calotte polaire arctique, avec le système de carottage en profondeur, semblent dater ces immenses glaciers à pas moins de 5 millions d'années, et donc il y aurait une discordance très évidente avec les dates que nous avons cité jusqu'à présent. Une telle différence, non négligeable il est vrai, peut être expliqué alléguant le fait que l'actuelle calotte du Pôle Nord n'est autre que ce qui reste de la zone polaire bien plus vaste, qui a fondu dans cet horrible désastre.

En revanche en ce qui concerne l'hypothèse d'un Antarctique sans glace il y a environ 12 000 ans nous avons beaucoup de réponses positives, aussi bien par les analyses géologiques que par d'étranges carte la représentant non gelée, ce qui n'a pas été le cas depuis au moins 4000 avant Jésus-Christ. Un tel profil du continent Antarctique dépourvu de glaces a été relevé par un expédition, durant l'Année Géophysique de 1949, en utilisant un système sismique à réflexion.



La carte de Buache, rédigée en 1737, représente l'Antartique sans glace et avec un canal navigable à l'intérieur, comme c'est réellement le cas sous des milliers de mètre de banquise polaire !

Qu'est-ce qui provoqua un désastre aussi horrible ?

L'hypothèse la plus probable est un épouvantable impact avec un astéroïde ou une météorite de grande proportion ou une succession d'impact de divers objets provenant du cosmos.

A cette fin, il est bon de rappeler comment de nombreuses légendes de diverses populations mondiales parlent de l'existence par le passé de trois lune dans notre système solaire et la conséquence de la tombée ou de l'éclatement de deux d'entre-elles sur notre planète, à divers périodes.

Selon le scientifique, Horbiger, les traces de gigantisme retrouvée sur certains squelettes humains, ainsi que de la flore et de la faune, pourraient être expliquées, avec la diminution de la force de gravité terrestre balancée par l'attraction d'une autre lune, ou plusieurs autres, qu'il définit comme Tertiaire, existante alors, pour éclater ensuite en formant ce serpent de feu (c'est-à-dire un ensemble de fragments) si commune à de nombreux mythes.

Une autre hypothèse, appuyée par le professeur Charles Hapgood, qui étudia en premier ces anciennes cartes et qui sur base de celles-ci parvint à ces conclusions, et même par Albert Einstein, prévoit "le glissement de l'écorce terrestre" qui cause des forts mouvements exceptionnels des courants thermo-convectifs à l'intérieur des strates plus fluides du manteau, la strate qui se trouve sous la lithosphère ou l'écorce terrestre. Ce qui aurait donné suite à d'immenses bouleversements telluriques.

Personnellement, je ne crois pas que cette théorie puisse justifier à elle seule la soudaine fonte des glaciers, et la tout aussi rapide glaciation d'autres zones; je pencherais plus pour un ensemble de deux facteurs, c'est-à-dire un impact avec des météorites plus le glissement de l'écorce terrestre : comme pour dire une cause à effet.



Le probable déplacement de l'Antarctique durant la série d'évènements qui caractérisent ce qui pourrait être la réalité historique du Déluge Universel.

Il est curieux de voir comment Platon, dans ses "Timée" et "Critias", situe la fin du fabuleux continent atlantidien à il y a environ 11 000 ans, donc à une date comprise dans ce laps de temps que les scientifiques impartissent pour le glissement des pôles terrestres (10 500 - 13 000 ans).

Les rares survivants de ce mythique continent (qui ne serait pas disparu mais seulement recouvert éternellement par les glaces : l'Antarctique) se seraient dispersés à travers le monde (Voilà les différents mythes des semi-Dieux comme Osiris, Oannes, Viracocha, Kukulkan, Quetzalcoatl) pour répandre la semence de leurs connaissances aux rares, primitifs et apeurés survivants (ce qui expliquerait comment l'agriculture semble fleurir à l'unisson dans le monde entier il y a 9000 ans) qui s'étaient réfugiés sur les points les plus haut de la Terre pour fuir les eaux, construisant ainsi les base pour des civilisations comme celle de la Mésopotamie, de l'Egypte, de centre de l'Amérique, en leur fournissant le bagage de connaissances astronomiques (la parfaite connaissance de la part des sumériens et des Mayas de notre système solaire est surprenante si on se réfère au fait que nous n'avons découverts certaines planètes qu'au cours du siècle derniers et avec des instruments appropriés), d'ingénierie (les pyramides, le Sphinx, Tiahuanaco, les blocs de Ballbek, Teotihuacan, Macchu Picchu, Angkor), religieux et cartographique (Les cartes de Piri Reis, Buache, Mercator, Fineo, toute des cartes géographique copiée sur des documents anciens originaux qui ont un seule caractéristique en commun : les notions géographiques qui y sont représentées n'étaient pas disponibles, d'après ce que l'on pense, avant toute forme de civilisation humaine connues).Des traces d'une civilisation qui se serait par après perdue et qui serait tombée dans un état d'abrutissement suite à d'autres évènements naturels, luttes internes (Il faut se rappeler comment de nombreux demi-dieux ont été contraint de fuir devant la décadence des rapports avec ces populations qu'ils avaient aidés, parfois ils furent même tués - comme Osiris), manque d'un moyen de conservations de ces connaissances ou d'autres causes qui nous sont inconnues.

Je conclu avec une simple note (Dédiée à tous les sympathisant de l'hypothèse extraterrestre comme facteur important de la genèse humaine, et à ceux qui croient en une technologie perdue) concernant certaines phrases ci-dessus lorsque je cite le mythe de Gilgamesh : il y est fait référence à "la semence de toutes les créatures" et au "savoir pour faire revivre son ami mort" : dans ce climat, aujourd'hui de chasse au sorcière pour le clonage, cela ne vous dit rien ? Après tout, si aujourd'hui nous voulions sauver toute les espèces animales et botaniques d'un autre déluge, il serait plus facile pour nous, et moins dangereux et fastidieux, construire une arche (Ou une navette spatiale) capable de contenir des éprouvettes avec des échantillons d'ADN de toutes les races. N'est-ce-pas ?

Mais ceci est une autre histoire...

Sources : Recherches personnelles
Ne pas copier ce contenu sans autorisation
avatar
Marjy
Explorateur

Messages : 11
Date d'inscription : 09/08/2011
Age : 37
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur http://terremysterieuse.doomby.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déluge entre mythe et réalité

Message  Bioch-Stef le Mar 16 Aoû - 12:54

Merci une fois de plus pour ce très bel article Marjy queen

Tout cela on le retrouve dans de nombreux écrits, de nombreux textes et en effet on y voit une cohérence globale. La période charnière de 10000 à 15000 av JC revient régulièrement et des légendes qui semblent en partie similaires se retrouvent aux 4 coins de la planète.

Maintenant il faut en extraire la "substantifique moelle" ! Qu'est ce qui est plausible dans tout ça, ou disons qui pourrait l'être ?
- que des catastrophes terribles aient eu lieu, assurément
- que l'interprétation de ces catastrophes aie été transmise mais aussi amplifiée, magnifiée et transformée à travers les légendes et les peuples c'est évident
- que de grandes civilisations disparaissent, assurément aussi
- que des civilisations avancées aient pu côtoyer des ethnies bien moins avancées, évidemment et qu'elles aient ainsi pu paraître incroyablement avancées à l'époque, oui.
- que des civilisations avancées (niveau technologique proche de la renaissance à peu près) aient laissé peu de traces cela peut paraître dans un 1er temps moins évident sauf si d'autres civilisations se sont approprié leurs oeuvres (architecturales, scientifiques, ...) par la suite en s'installant sur le même territoire (ex de Troie).
- qu'une civilisation ayant atteint un niveau industriel aie disparu sans laisser aucune trace résiduelle de transformation organisée de la matière à une assez grande échelle, voilà qui me semble beaucoup moins évident sauf si cette civilisation est bien plus ancienne que 15000 ans à vrai dire et pour l'instant il ne me semble pas que des traces allant dans ce sens aient été mises en évidence.

Voilà : imaginons qu'une civilisation du niveau de la renaissance aie existé voici 15000 ans et qu'elle ait été installée sur une île très volcanique de type caldeira quelque part dans l'atlantique, on peut imaginer que l'éruption violente de cette caldeira énorme aie pu entraîné des tsunamis à travers l'atlantique et touchant ainsi toutes les tribus côtières des différents continents à la même épôque via de très hautes vagues. D'où les légendes similaires temporellement. Si cette éruption a eu des répliques très fortes pendant une quarantaine de jours, on s'approche de ce qu'on pu ressentir les peuplades qui ont du faire face à ce cataclysme, d'où les légendes faisant état de déluges.
Des survivants de ladite civilisation ont peut-être pu s'échapper de cet enfer via quelques embarcations qui ont vogué très longtemps au hasard, ayant embarqué à la hâte des biens éparses, des souvenirs, leurs familles, des animaux domestiques pour reconstruire leur foyer une fois les mers calmées. Cela donnerait au fil du temps la légende de Nöé ou de celles qui s'en approchent. Qu'on survive d'un tel enfer peut paraître relever de la volonté de Dieu pour les gens qui ont la foi (ou du pur hasard et de la volonté de survivre pour un mécréant comme moi Smile )

Même notre civilisation dont nous sommes si fiers aurait du mal à se remettre d'une méga éruption d'une caldeira de la taille de Yellostone, alors pour une société de type renaissance ou moyen-âge on imagine que c'était insurmontable.


Bioch-Stef
Indispensable

Messages : 524
Date d'inscription : 26/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déluge entre mythe et réalité

Message  Bioch-Stef le Mar 16 Aoû - 15:29

Pour infos, en répondant à JR quant à l'évolution des hominidés, je me suis souvenu d'une théorie récente faisant état que les homos sapiens actuels semblent provenir de quelques milliers d'individus alors que les hominidés étaient beaucoup plus nombreux voici quelques centaines de milliers d'années.

Il semblerait qu'il y a environ 75 mille ans, les hominidés et notamment les homos qui sont directement nos ancêtres, aient failli disparaître. L'extrême variété génétique qui était l'apanage des hominidés avant cette date s'est brusquement réduite comme si la population mondiale d'homo avait été diminuée très brutalement à quelques milliers d'individus disséminés sur la surface des continents. (Les deux découvreurs de ces faits sont professeurs spécialistes de génétique humaine à l'Université d'Utah, Lynn Jorde, généticien à l'Ecole de Médecine et Henry Harpending, anthropologue)

Seule explication trouvée à ce jour concernant cette éventualité : l'explosion d'une super caldeira, celle de Toba (Sumatra) voici 74000 mille ans ... (Bbbrrrr quand je pense à Yellowstone scratch )
Si de multiples métissages ont eu lieu avant cette date, la plupart de ces métissages (et donc des gènes) ont du être rayés de la carte et la variété/variabilité génétique relativement pauvre relevée actuellement au sein de notre espèce n'est que la conséquence d'un cataclysme monstrueux datant d'il y a 74000 ans.

Bref, pour me remettre dans le bon sujet, nul besoin visiblement d'imaginer l'explosion d'une caldeira du niveau de celle de Toba pour imaginer la disparition d'une civilisation.
Dans le bassin méditerranéen nous avons un exemple datant de l'antiquité : il y a 3650 ans la caldeira du Santorin explosait, entrainant l'anéantissement de la civilisation crétoise et provoquant sans doute des tsunamis sur les rives de la méditerranée et des changements climatiques importants.
Cette catastrophe pourrait coller au mythe de l'Atlantide mais elle n'explique pas qu'en Amérique du sud beaucoup de légendes et de mythes font état du déluge dans les mêmes dates et d'autres similarités, sauf à imaginer que les occupants antiques de l'amérique du sud venaient en fait du pourtour méditerranéen ...



Bioch-Stef
Indispensable

Messages : 524
Date d'inscription : 26/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déluge entre mythe et réalité

Message  JR le Mar 16 Aoû - 16:25

Bioch-Stef a écrit:que les homos sapiens
Pour info (et si on n'en tient pas compte je n'en ferai pas un drame Rolling Eyes ), Homo sapiens (majuscule sur le premier terme, minuscule sur le deuxième). Et invariable (sinon en toute rigueur il faudrait mettre "Homines sapientes"). J'ai l'air de chipoter, mais je me suis fait sévèrement reprendre par Bernard Heuvelmans sur ces questions ! Embarassed

à+

JR

JR
Indispensable

Messages : 574
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 65

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déluge entre mythe et réalité

Message  JR le Mar 16 Aoû - 16:35

Bioch-Stef a écrit:Seule explication trouvée à ce jour concernant cette éventualité : l'explosion d'une super caldeira, celle de Toba (Sumatra) voici 74000 mille ans ... (Bbbrrrr quand je pense à Yellowstone scratch )
Rappeler aussi que l'extinction de la fin du Crétacé est mise en relation avec un système volcanique (arrasé à présent, mais qui couvre une surface supérieure à celle de la France...) en Inde (Deccan). Bien sûr, on invoque aussi l'impact de météorite du Yucatan, mais il semble qu'il soit antérieur de pas mal de millions d'années aux dernières nouvelles (il paraît qu'on a fait un sondage au centre du cratère et que les dernières couches du Crétacé, Maastrichtien, Campanien, etc. sont intactes, elles auraient dû être pulvérisées si elles étaient antérieures à l'impact). L'extinction encore plus vigoureuse de la fin du Permien est mise en relation de même avec un système volcanique sibérien. Je vais essayer de retrouver mes sources.

à+

JR
Indispensable

Messages : 574
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 65

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déluge entre mythe et réalité

Message  Bioch-Stef le Mar 16 Aoû - 17:01

Jean, pas de souci, tu as tout à fait raison d'être pointilleux sur le terme d'Homo sapiens, je me rends compte que je fais beaucoup de plus de fautes via l'informatique que par l'écrit à l'ancienne et pourtant je sais et j'aime écrire Sad

Quant au volcan sibérien que tu évoques je me demandes si le Figaro ( je lis de tout, désolé) n'en parlait pas il y a peu sous le titre "Il y a 250 millions d'années, la lave a recouvert un territoire grand comme quatre fois la France", en voici l'url http://www.lefigaro.fr/sciences/2010/12/15/01008-20101215ARTFIG00758-une-eruption-volcanique-en-siberie-a-failli-detruire-la-vie.php

ça correspond bien à la fin du Permien en tout cas, il me semble.
A+

Bioch-Stef
Indispensable

Messages : 524
Date d'inscription : 26/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déluge entre mythe et réalité

Message  Bioch-Stef le Mar 16 Aoû - 17:18


Il y a bien des caldeiras dans l'atlantique et dans la méditerranée :

- l'île de Faial (archipel des Açores, atlantique nord) repose en fait sur une caldeira dont l'historique montre 3 éruptions récentes, une il y a environ 10000 ans, une autre semble t'il plus forte il y a 5000 ans et une dernière il y a 1000 ans

- l'archipel des Canaries (qu'on ne présente plus) et en particulier l'île de La Palma est sous surveillance puisque la navette spatiale vol STS-74 (septembre 1992) a démontré l'existence de la caldeira du Taburiente en plein centre de l'île.

Si une éruption de type Caldeira explose sur une île habitée et qu'elle dégage autant de coulées que celle de Sibérie voici 250 millions d'années (les coulées ont occupé une surface grande comme 4 fois la France !!!), je ne suis pas surpris que cette civilisation aie été rayée de la carte sans qu'on en retrouve grand chose ... Une fois que la caldeira explose, le plancher au dessus de la zone de magma accumulé est dégonflé et la mer peut éventuellement venir recouvrir une bonne partie des terres.

Bioch-Stef
Indispensable

Messages : 524
Date d'inscription : 26/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déluge entre mythe et réalité

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum