Forum de cryptozoologie-cryptides-yéti-calmar géant-loch ness-heuvelmans-zoologie-paranormal
Bonjour et bienvenue sur le forum, pour profiter au mieux du contenu n'hésitez pas à vous inscrire et à participer aux sujets.

En vous inscrivant vous pourrez profiter des contenus mais en plus y participer donc donner votre avis et avoir des réponses ou des précisions en retour.

De plus des administrateurs et modérateurs se tiennent à votre disposition pour faciliter votre adhésion et garantir le calme et la paix sur le forum.
Nous espérons vous lire prochainement, à bientôt.
Contact: webmastersitecryptozoologie@hotmail.fr

La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  Marjy le Dim 14 Aoû - 14:45

Merci de ne pas copier ce contenu sans autorisation
Suite à une petite discussion sur le Tchat du forum avec son créateur, je n'ai pas pu résister à l'envie de cette petite digression sur la phrase presque rituelle : "L'homme descend du singe".

Paléoanthropologie chaînon manquant l'homme descend du singe Yvette Deloison Darwin De Vries Lamarck forum Débat sur l'évolution

La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Les Australopithèques, qui ont tant focalisé l'attention des scientifiques et du public, ne sont pas l'unique genre connu de la sous-famille des homininés à cette époque. En 2002, Michel Brunet et son équipe ont découvert dans le site de Toros-Menalla au Tchad des restes osseux appartenant à six individus. Cette trouvaille est exceptionnelle à plus d'un titre. Tout d'abord, par le fait qu'elle a été faite en Afrique centrale – soit à quelques 2500 km à l'ouest du grand rift. Ensuite, parce que les restes ont pu être datés vers 7 MA, ce qui ajoute quelque 2 MA aux plus anciennes formes d'homininés connues. Ils appartiennent à une genre distinct des Australopithèques – baptisé « Sahelanthropus », avec une espèce identifiés qui a été nommées « tchadensis » (du Tchad). On a donné à l'un des fossiles (un crâne particulièrement bien conservé) le surnom de « Toumaï » qui signifie « espoir de vie » en langue goran. Sahelanthropus tchadensis était bipède – la position du trou occipital était assez avancée. Il présentait plusieurs caractéristiques évoluées, comme une face peu projetée vers l'avant et une importante capacité crânienne ( 320 à 380 cm³).

Ce représentant d'un nouveau genre ne devait d'ailleurs pas rester isolé. Une autre découverte avait, en effet, été faite dans les montagnes de Tugen au Kenya en 2000 – d'où son surnom de « fossile du millénaire ». L'analyse d'une vingtaine de restes osseux découverts a permis de recenser six individus au moins. Ils ont été datés à 6 MA. Martin Pickfort et Brigitte Senut ont montré que Orrorin tugenensis (« l'être originel des collines de Tugen ») était également bipède. Par certains caractères, il apparaît plus proche du genre Homo que des paninés.

On le voit, la question des origines de l'homme est moins simple qu'il n'y paraît. Plusieurs homininés existent à des périodes antérieures à 5 MA et dans des régions africaines très différentes. Ces découvertes suggèrent que la moitié nord de l'Afrique (d'ouest en est) était déjà colonisée par des homininés ayant adopté le mode de locomotion mixte de la bipédie et de l'arboricolisme, à des époques aussi anciennes que 7 MA. Par leurs caractères « mixtes », l'un de ces homininés pourrait éventuellement être candidat comme ancêtre commun des paninés et des homininés,
Cette conclusion appelle une remarque. Le cadre théorique utilisé en biologie aujourd'hui (et depuis plus d'un siècle) est celui de l'évolutionnisme, au sens le plus large du terme. Suivant ce paradigme, les scientifiques considèrent que les êtres vivants évoluent dans le temps pour voie de transformations successives imposées par les habitudes (Lamarck) ou le milieu (Darwin) ou par des mutations brusques (De Vries). Ce cadre théorique a succédé aux fixisme, selon lequel les espèces auraient été créées à un moment donné et seraient restées inchangées dans le temps. Avec l'évolutionnisme s'est posée la question de savoir si la relation entre les êtres vivants qui se suivent dans le temps s'est faite en ordre de descendance ou en ordre de parenté.

La différence est plus importante qu'il n'y paraît à première vue. L'ordre de descendance directe pose, comme on l'a fait pendant des décennies en préhistoire et en paléoanthropologie, que les différentes humanités « descendent » (se succèdent en filiation directe) les unes des autres. Dans ce schème, Homo sapiens aurait été le descendant de Homo neanderthalensis, qui aurait lui-même été celui de Homo erectus, la plus ancienne humanité « descendant » d'un grand singe. Cette manière de voir imposait aux scientifiques de découvrir le « chaînon manquant » possédant les caractéristiques intermédiaires entre l'homme et le singe. C'est ce chaînon manquant qu'Eugène Dubois pensait avoir découvert avec le Pithécanthrope.

Un autre modèle – la cladistique* ou systématique phylogénétique – s'attache à distinguer les caractères « primitifs » (plésiomorphes*) des caractères « évolués » (dérivés*), ces derniers étant seuls utilisés pour définir des lignées ou clades. Plus les espèces ont en commun de caractères dérivés, plus elles sont proches. Toute la question est donc de définir les relations de proximité entres les différentes lignées. Dans ce modèle, la question n'est donc pas tant de déterminent un ordre de descendance qu'un ordre de parenté. Homininés et paninés (chimpanzés et bonobos) partagent plus de caractères en commun que les homininés et les orangs-outangs (Pongo pygmaeus), par exemple. Les hommes et les chimpanzés sont donc considérés comme étant plus proches que ne le sont les hommes et les orangs-outangs. Homininés et paninés sont suffisamment proches pour que l'on puisse considérer qu'ils ont un ancêtre commun ayant donné ces deux lignées. Toute la question est donc aujourd'hui de pouvoir retrouver cet ancêtre commun. Certains auteurs ont pensé à Orrorin tugenensis ou à Sahelanthropus tchadensis, mais plusieurs caractères les rapprochent davantage des hommes que des Australopithèques. Il faut donc espérer que de prochaines découvertes nous fourniront un meilleur candidat.

Enfin, les récentes découvertes permettent également de reconsidérer la question de la locomotion. La formule populaire selon laquelle « l'homme descend du singe » suggère que notre ancêtre devait être arboricole et que la bipédie – caractère proprement humain s'il en est – a été acquise progressivement. Yvette Deloison a bien montré que le pied des grands singes est hautement spécialisé pour le grimper et la suspension dans les arbres. De plus, il apparaît que les formes très anciennes d'homininés (Sahelanthropus, Orrorin) sont bipèdes. Si bien qu'il semble aujourd'hui plus conforme de penser que l'ancêtre comme un devait être bipède et que la quadrumanie des singes n'est apparue que plus tard. On pourrait donc presque dire que les singes descendent de l'homme !

* Cladistique : (n.f.) système de classification des êtres vivants qui privilégie les relations phylogénétiques plutôt que la ressemblance morphologique.
* Plésiomorphe (caractère) : (adj.) caractère archaïque. En cladistique*, un caractère est dit plésiomorphe lorsqu'il est proche d'une caractère ancestral.
* Dérivé = Apomorphe (caractère) : (adj.) caractère évolué. En cladistique*, un caractère est dit apomorphe lorsqu'il est éloigné du caractère ancestral. On parle également de caractère dérivé.

Sources : Recherches personnelles

Merci de ne pas copier ce contenu sans autorisation
avatar
Marjy
Explorateur

Messages : 11
Date d'inscription : 09/08/2011
Age : 37
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur http://terremysterieuse.doomby.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  Philippe Mind le Lun 15 Aoû - 21:33

Le créateur du forum j'adore cette désignation, c'est adopté.

C'est vrai que l'on en a parlé j'ai fait en sorte d'en discuter avec toi et nous avons chacun apporté nos arguments. Même si j'ai des idées un peu divergentes des tiennes, la lecture de tes lignes a été très instructive pour moi.

Je n'ai pas lu le livre "Préhistoire du piéton" d'Yvette Deloison, et toi ? Si oui qu'en as tu pensé ?
avatar
Philippe Mind
Erudit

Messages : 4103
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 31
Localisation : Thionville

Voir le profil de l'utilisateur http://hellboy57.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  maniak le Lun 15 Aoû - 22:17

Je pointe le bout de mon nez aux phytes. (elle est pas terrible mais j'ai pas pu m'en empêcher)

J'ai vu il y a deux ans a peu prés, un reportage ou une orthodontiste et une paléontologue faisait un lien entre les handicaps des patients de la première et l'évolution de la forme de l'os qui fait le lien entre la colonne vertébrale et la base du crane. (je ne souviens du nom ni de l'os ni des scientifiques)

La paléontologue avait remarqué que plus cet os s’aplatit et plus son possesseur se redresse et l'orthodontiste que les malformations de cet os avaient une influence directe sur le développement des fœtus.

Mais je n'ai aucune connaissance approfondie du sujet et j'ai cru lire au détour d'une présentation que des personnes bien plus calées que moi étaient sur ce forum donc si quelqu'un peut me renseigner je suis preneur.

PS : Y. Coppens fait une apparition dans ce reportage qui m'a laissé un très mauvais souvenir.


Dernière édition par maniak le Lun 30 Avr - 13:57, édité 1 fois (Raison : orthographe et mise en page)
avatar
maniak
Erudit

Messages : 1374
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 43
Localisation : phare ouest

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  JR le Mar 16 Aoû - 7:26

maniak a écrit:
J'ai vu il y a deux ans a peu prés, un reportage ou une orthodontiste et une paléontologue faisait un lien entre les handicaps des patients de la première et l'évolution de la forme de l'os qui fait le lien entre la colonne vertébrale et la base du crane (je ne souviens du nom ni de l'os ni des scientifiques)
La paléontologue est manifestement Anne Dambricourt, l'os étant le sphénoïde. Voir résumé de l'affaire (de son point de vue principalement avec mon grain de sel)
http://bouquinsblog.blog4ever.com/blog/lire-article-325165-1914826-la_legende_maudite_du_vingtieme_siecle__anne_dambr.html

à+

JR

JR
Indispensable

Messages : 574
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 65

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  Bioch-Stef le Mar 16 Aoû - 11:42

Merci pour cette note très intéressante en effet.

Cela nous renvoie à l'ancienneté présumée de la bipédie et effectivement un paradigme négligé, voire ostracisé, revient en force depuis quelques temps, considérant que l'homo sapiens provient d'une lignée moins spécialisée que bon nombres de singes et d'autres lignées homo. Heuvelmans le soulignait d'ailleurs dans certains de ses écrits aussi bien s'agissant de notre bipédie qui n'est pas forcément la plus efficace que s'agissant de nos mains moins évoluées que les singes.

Le second point qui est à souligner et qui me semble être le plus fondamental consiste en la recherche d'un chaînon manquant chez les hominidés. La fragilité de ce qu'on croit savoir est évidente :

- d'une part, bon nombre de nos théories sont basées sur la découverte d'une poignée de squelettes souvent incomplets or plus un échantillon est restreint plus l'espérance qu'il soit largement représentatif est faible (Cf les fameux sondages d'opinion). Dans un bon nombre de cas on a "classé" certaines découvertes alors qu'elles ne reposaient que sur des restes atypiques mais qui ne sortaient pas nécessairement du champ des variétés possibles de familles déjà découvertes (après tout les homos sapiens vont de moins 1m à 2m72, et certaines tribus/ethnies font en moyenne moins de 1m40 et d'autres plus d'1m85 avec des morphologies assez variées).
- d'autre part nous ne savons pas quelles étaient les possibilités de métissage entre les lignées d'hominidés. En l'occurrence la lignée évolutive des hominidés parait au fur et à mesure du temps bien plus foisonnante et désordonnée que ce que notre "bon sens" indique d'emblée. De multiples métissages dans le temps, couplés à des adaptations locales plus ou moins étendues et/ou des mutations (qui dans de rares cas auraient donné des survivants, car n'oublions pas que les mutations sont souvent délétères pour une survivance) ont pu donner lieu à des lignées d'homo qui nous semblent aujourd'hui fort différentes, parfois archaïques et parfois étonnamment évoluées, mais qui ne l'étaient pas forcément tant que ça dans un sens ou dans l'autre.

Pour ma part j'en arrive à penser que le chaînon manquant n'existe pas et que c'est une vue de notre esprit qui cherche désespérément des causes ou des origines claires à tout ce qui nous entoure pour nous rassurer vis à vis de cet univers qui reste largement inexpliqué, inexplicable et donc de la sorte inquiétant et anxiogène.

Bioch-Stef
Indispensable

Messages : 524
Date d'inscription : 26/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  Pouns le Mar 16 Aoû - 12:32

Super sujet, bravo à Marjy, on dirait mon cours de BCPST 2 ! Je sais que mon prof de Bio avait horreur qu'on parle de chaînon manquant, il était exactement du même avis de Bioch-Stef. Il disait également que l'homme ne descend pas du singe, mais que c'est un simple cousin. Enfin bref j'ai étudié la cladistique cette année et ce n'est pas simple du tout, les scientifiques ne sont jamais d'accord alors il y a toujours des versions un peu différentes. Tout ce qu'on peut dire c'est que la cladistique reste basée sur des hypothèses, les ancètres communs ne seront jamais connus, même les fossiles ne peuvent pas être qualifiés d'ancêtres mais "d'intermédiaires structuraux" entre le fameux ancêtre et la descendance.
L'idée que " le singe descendrait de l'homme'' n'est pas mal trouvée mais en fait il pourrait s'agir d'une réversion (si la bipédie était antérieure à la quadrupédie). Il s'agit d'un retour à un état morphologique ou moléculaire semblable à celui d'un stade précédent (ou antérieur). (Pour exemple il y a le retour de certains mammifères à l'eau.) La réversion est un cas particulier d'homoplasie, c'est souvent ce qui permet d'expliquer les contradictions qui apparaissent dans les arbres phylogénétiques.
(homoplasie= similarité chez une ou plusieurs espèces, d'organes, des parties d'organes, ou de séquence d'ADN ou de protéine, lorsque l'on peut présumer que cette correspondance ne provient pas de l'héritage d'un ancêtre commun.)
avatar
Pouns
Explorateur

Messages : 74
Date d'inscription : 09/05/2010
Age : 26
Localisation : Lorry-lès-Metz

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  Max3825 le Mar 16 Aoû - 13:16

On pourrait donc presque dire que les singes descendent de l'homme !

ça va paraitre fou mais je préfère penser comme ça plutôt que d'entendre que ce sont les hommes qui descendent du singe.

Il disait également que l'homme ne descend pas du singe, mais que c'est un simple cousin

Je vois plus les choses comme sa, aussi.
avatar
Max3825
Explorateur

Messages : 72
Date d'inscription : 12/08/2010
Age : 31
Localisation : Isére

Voir le profil de l'utilisateur http://crypto634zoologie.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  JR le Mar 16 Aoû - 15:04

Bioch-Stef a écrit:Pour ma part j'en arrive à penser que le chaînon manquant n'existe pas et que c'est une vue de notre esprit qui cherche désespérément des causes ou des origines claires à tout ce qui nous entoure pour nous rassurer vis à vis de cet univers qui reste largement inexpliqué, inexplicable et donc de la sorte inquiétant et anxiogène.
Je dirai quand même qu'en son temps c'était une étape nécessaire, très simplifiée mais il fallait y passer. On ne peut pas être rigoureux du premier coup quand on démarre un nouveau "paradigme". Copernic était moins rigoureux que Ptolémée, mais c'était une étape nécessaire vers Kepler et Newton...

à+

JR
Indispensable

Messages : 574
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 65

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  Bioch-Stef le Mar 16 Aoû - 15:19

Tout à fait Jean, la science balbutie et se cherche, un peu comme l'évolution d'ailleurs Wink

Un complément à mon précédent message et faisant aussi un peu écho au sujet sur le mythe de l'Atlantide : il semblerait qu'il y environ 75 mille ans (*), les hominidés et notamment les homos qui sont directement nos ancêtres, aient failli disparaître. L'extrême variété génétique qui était l'apanage des hominidés avant cette date s'est brusquement réduite comme si la population mondiale d'homo avait été diminué très brutalement à quelques milliers d'individu.
Seule explication trouvée à ce jour concernant cette éventualité : l'explosion d'une super caldeira, celle de Toba (Sumatra) voici 74000 mille ans ...
Bbbrrrr quand je pense à Yellowstone scratch

Si de multiples métissages ont eu lieu avant cette date, la plupart de ces métissages (et donc des gènes) ont du être rayés de la carte et la variété/variabilité génétique relativement pauvre relevée actuellement au sein de notre espèce n'est que la conséquence d'un cataclysme monstrueux datant d'il y a 74000 ans.

(*) : les deux découvreurs de ces faits sont professeurs spécialistes de génétique humaine à l'Université d'Utah, Lynn Jorde, généticien à l'Ecole de Médecine et Henry Harpending, anthropologue

Bioch-Stef
Indispensable

Messages : 524
Date d'inscription : 26/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  maniak le Jeu 18 Aoû - 21:15

cheers merci J.R

avatar
maniak
Erudit

Messages : 1374
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 43
Localisation : phare ouest

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des origines : chaînon manquant ou dernier ancêtre commun ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum